« Paix aux morts d’ici et là-bas »

Print Friendly, PDF & Email

Paix aux morts d’ici et là-bas.
Je suis muet, ému, reclus derrière la cascade
À tenter de voir à travers les trombes, les nues, les façades
Mais peut-on voir le monde à travers un écran de verre ?
Non ! Il est bien trop déformé et il y a bien trop de chimères…
Si ce n’est pas le monde, alors que vois-je ?
Je vois des symptômes,
Je vois des fantômes,
Je vois des syndromes
Le monde est malade et la toile est son mouchoir
Le monde est malade et les voiles son crachoir
Les fenêtres sont ouvertes mais il n’y a nulle évasion
Les esprits se défenestrent pour embrasser la confusion
Derrière le rideau de commentaires
Il y a autant d’âmes sincères,
Que d’âmes fières
Et d’âmes qui errent
Et d’attentats
Et d’âmes tentées
Mais assez !
Paix aux morts d’ici et là-bas.
L’urgence n’est plus au constat mais à la constance.
La constance dans les oeuvres qui guérissent nos souffrances.
Donc voici :
Je suis un brin d’humanité
Et le « L » de liberté ne me console pas
alors permettez-moi de préférer le « P » de paix
Parce que l’humanité est malade, atteinte et blessée

Je suis charpie.

///Article N° : 12713

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire