Fiche Personne
Producteur/trice

Daniel Morin

Canada

Français

Diplômé en scénarisation à l’Université du Québec à Montréal et en Histoire au Collège Ahuntsic, Daniel Morin se consacre à l’écriture de scénarios et à la production cinématographique depuis plus d’une vingtaine d’années. Entre 1986 et 1990, il signe, produit et réalise deux courts-métrages de fiction en vidéo, ALEX et SORTIE DE SECOURS, et un moyen-métrage documentaire sur le mal de vivre des jeunes du centre-sud de Montréal, LA FUREUR DE VIVRE.

En 1992, il écrit et réalise son premier long métrage de fiction qu’il co-produit avec la France, TENDRE GUERRE, mettant en vedette Marcel Leboeuf et Gérald Thomassin, gagnant du César du meilleur jeune espoir masculin en 1991 pour Le petit criminel de J.Doillon. Présenté en ouverture au Carrousel International du film de Rimouski en 1993, ce film est ensuite lancé en salles au Québec par Malofilm Distribution et, un an plus tard, à Paris par la Société Outsiders en plus d’être vendu dans plus d’une vingtaine de pays.

De 1993 à 1997, Morin développe plusieurs projets de long-métrage tant à titre de scénariste que de producteur avant d’élargir ses expériences cinématographiques comme Directeur de production et Premier Assistant Réalisateur sur plus d’une quarantaine de projets de vidéoclips dont, entre autres, les clips de Claude Dubois, Nancy Dumais, Okoumé, Pierre Lalonde et Plume Latraverse.

En 1998, il fait un retour à la réalisation et signe, pour Z Productions et la Fondation du Collège de Bois-de-Boulogne, un moyen métrage fiction sur la recherche d’emploi : MA JOB,?J’Y TRAVAILLE !,. Plus de 5000 cassettes de cette fiction éducative seront mises en marché au Québec via les Éditions Ma Carrière.

À l’hiver 1999, Morin initie et scénarise STATION NORD?Ho ! Ho ! Ho !, long métrage fiction pour toute la famille qu’il produira en 2001 avec Pierre Gendron de Bloom Films et qui sera réalisé par Jean-Claude Lord.

Durant la même période, à l’été 2000, Morin fonde BORÉAL FILMS INC. Avec le vent dans les voiles et un budget minime, il produit le troisième long-métrage de la cinéaste Denyse Benoit, LE SECRET DE CYNDIA, mettant en vedette Guylaine Tremblay. Distribué par les Films Equinoxe, ce film choc sur la séduction adulte-enfants sortira à l’automne 2002, au Québec.

C’est à l’automne 2003 que Daniel Morin met en chantier la production du premier long-métrage du très prolifique romancier et auteur Dany Laferrière, COMMENT CONQUÉRIR L’AMÉRIQUE EN UNE NUIT qui met en vedette Maka Kotto, Sonia Vachon, Sophie Faucher et, pour la première fois à l’écran, le jeune humoriste Michel Mpambara.

En 2005, Daniel Morin s’implique dans la co-production du premier long-métrage du malien Salif Traore, FARO, LA REINE DES EAUX, qui sera entièrement tourné au Mali en partenariat avec la France, l’Allemagne, le Canada, le Burkina Faso et, bien sûr, le Mali. Ce film mets en scène une légende malienne provoquant une touchante confrontation entre le monde moderne et traditionnel. Sa sortie en salles est prévue pour 2007.

Cette co-production confirme l’intérêt de Boréal Films et de Morin pour les co-productions Nord-Sud et, un an plus tard, ceux-ci s’associe au tournage et à la finition du long-métrage documentaire LE BOIS DES SINGES de Osvalde Lewat-Hallade, mais cette fois-ci en partenariat avec la France et le Cameroun. Document choc relatant l’histoire d’une unité spéciale des forces armées au Cameroun, ce film ne laissera personne indifférent devant les horreurs de la dérive humaine.
Misant prioritairement sur des projets de films originaux pouvant être produit avec des budgets restreints, Morin se remet à l’écriture et au développement de plusieurs autres projets cinématographiques dont entre autres ALERT, film d’anticipation futuriste, LES GUERRIERS DE LA PAIX, scénario troublant sur les missions de paix de l’ONU en Bosnie, LA DERNIÈRE CHASSE, drame de génération dressant un portrait touchant de la quarantaine et, finalement, HOLLYWOOD FREAK, sorte de Road Movie nous transportant de la Gaspésie jusqu’en Californie pour suivre le périple d’une jeune québécois rêvant de devenir une grande star de cinéma.

Enfin, Daniel Morin pilote actuellement la production des films VITE, JE N’AI PAS QUE ÇA À FAIRE et de MAX EST DE RETOUR, respectivement deuxième et troisième long-métrage de Dany Laferrière dont ce dernier est inspiré librement de l’une de ses nouvelles. Tous deux devant être tournés en Haïti en co-production avec Carl Lafontant de Fanal Productions.