Fiche Personne
Réalisateur/trice Scénariste Monteur/se

Pocas Pascoal

Angola

Français

Réalisatrice, scénariste et monteuse angolaise, de son vrai nom Maria Esperança « Pocas » Pascoal.
Pocas Pascoal est née à Luanda, en Angola en 1963 qu’elle quitte pour le Portugal à l’âge de 16 ans, pour fuir la guerre civile. Revenue 2 ans plus tard en Angola, elle devient caméraman à la télévision angolaise. Installée en France, elle suit les cours du Conservatoire Libre du Cinéma Français (CLCF, à Paris) et obtient un diplôme de monteuse. En 2002, elle intègre le groupe d’artistes de la Cité Internationale des Arts.

En 1998, elle réalise un premier court-métrage de fiction en Inde : « Pour nous », puis deux documentaires : « Mémoires d’enfance » (2000) et « There is always somebody who loves you » / « Il y a toujours quelqu’un qui t’aime » (2004), ainsi que le court métrage de fiction « Demain sera différent » (2008).

En 2011 elle réalise son premier long métrage : « Por aqui todo bem » – « Par ici tout va bien »), dont l’histoire est tirée de son exil au Portugal. Diffusé et primé dans plusieurs festivals, il a reçu, entre autres, le prix du meilleur film lors du festival international du film de Los Angeles, ainsi que le Prix de l’Union européenne lors du FESPACO 2013 (où le film a été exclu de la Compétition Officielle – comme 25% de la section – car en numérique et pas en pellicule, selon les organisateurs burkinabès). Le film est rebaptisé « Alda et Maria » pour sa sortie en France le 14 janvier 2015.
En 2014, elle développe un nouveau projet de film : « In Love » (SaNoSi Productions, Maintenon 28130, France).

Filmographie

Mémoire d’enfance (2000) – 57′
Sélections :
– Festival de Cinéma Vues d’Afrique de Montréal (2000)
– Festival international du cinéma indépendant IndieLisboa de Lisbonne (2000)
– FIC Luanda Festival (2000)

There is always somebody who loves you (2003) – 56′
Diffusé sur Planète +
Sélections :
– Festival international du film d’Amiens (2004)
– Festival des 3 continents de Milan (2004)
– Festival de Cinéma Vues d’Afrique de Montréal (2004)

Demain sera différent (2009) – 10′
Sélections :
– Festival international du cinéma indépendant IndieLisboa de Lisbonne (2004)
– FIC Luanda Festival (2004)

Por Aqui Tudo Bem / « Alda et Maria » / (2011) – 94′
Sortie cinéma au Portugal et en Angola en 2013, en France le 1′ février 2015.
Prix :
– prix du meilleur film lors du festival international du film de Los Angeles
– prix du meilleur film angolais au FIC Luanda Festival
– prix de l’Union européenne au FESPACO
– prix du meilleur film dans la compétition nationale au Festival international du cinéma indépendant IndieLisboa de Lisbonne
– Prix de la meilleure actrice au Festival international du film Documentaire de Khouribga
– Prix de la meilleure actrice au Festival International de Carthage
– Meilleur son au festival colors of Ethyopia
Sélections :
– Sélection officielle du Festival international du film de Rio de Janeiro
– Sélection officielle du Festival international du film de Dubaï Dubaï
– Sélection officielle du Festival de Cine Independiente de Buenos Aires
– Festival de cinéma de Rio de Janeiro Afro Carioca de Cinema
– Festival des 3 continents de Milan
– Festival international du film du Kerala
– Festival international du film de Köln
– International Female Film Festival de Malmö
– Sélection officielle du Festival International du Film d’Helsinki
– Festival international du film de Riga

Source:
www.sanosi-productions.com/realisateur/pocas-pascoal

English

She is an Angolan filmmaker.

Português

Maria Esperança (Pocas) Pascoal.
Realizadora angolana

Español

Nace en 1963 en Luanda (Angola), durante la colonización portuguesa. A los 17 años llega con su hermana a Portugal, a la espera de que su madre se reúna con ellas en unos meses, pero el visado no se autoriza hasta dos años después y Pocas y su hermana, al igual que las protagonistas de Por aqui tudo bem, sobreviven precariamente realizando robos y trabajos esporádicos. Toda la obra de esta directora pivota sobre la situación histórica que vivió Angola tras lograr la independencia de Portugal en 1975 y la guerra civil que asoló el país durante 27 años y que lo sembró de miseria, desesperanza y minas antipersona.

Poco después de la llegada de su madre a Portugal, Pocas decide volver a Angola, donde comienza a trabajar en la televisión convirtiéndose en la primera mujer cámara de la televisión de su país. En 1986 parte a Francia y estudia en el Conservatorio Libre de Cine Francés la especialidad de montaje, licenciándose tres años más tarde. En 1995 realiza su primer trabajo como directora, un cortometraje titulado Memoire d’enfance en el que ya trata las constantes de su obra: la memoria, la identidad y el exilio, a través de la historia de tres exiliados por razones políticas que cuentan sus traumas de infancia. Il y a toujours quelqu’un qui t’aimees su siguiente trabajo documental, en el que la directora, tras la muerte de su hermana, vuelve a Angola para reconstruir la historia familiar y verificar « que su hermana existió ». A través de los recuerdos y testimonios de sus parientes asistimos a la reconstrucción de una parte de la historia del país.

En su primer largometraje de ficción, Por aqui tudo bem, aborda uno de los principales problemas que la guerra civil impuso en Angola, el del exilio. A finales de los años setenta y durante toda la década de los ochenta, se produjo un ciclo de emigración africana a la metrópoli de millares de angoleños que arribaron a Lisboa en condiciones de extrema precariedad, dejando atrás familias fracturadas, teniendo que construir una nueva vida en un lugar desconocido y extraño. En este contexto Pascoal sitúa a las protagonistas de su historia, dos hermanas que llegan a Portugal a la espera de que su madre se reúna con ellas, y las diferentes maneras en que afrontan todo tipo de conflictos que se interponen en su vida cotidiana, intentando mantenerse fuertes y unidas.