Fiche Personne
Directeur/trice

Dr Denis MUKWEGE

République démocratique du Congo

Français

Denis Mukwege, né le 1er mars 1955 dans le Sud-Kivu (Congo belge), est un gynécologue et militant des droits de l’homme congolais.

Fils d’un pasteur protestant, il a effectué ses études primaires à l’athénée royal de Bukavu. Ses études secondaires ont été faites à l’institut Bwindi de Bukavu où il obtient un diplôme en biochimie en 1974. Après deux années passées à l’UNIKIN à la faculté de polytechnique, il trouve enfin sa voie à la faculté de médecine du Burundi où il est inscrit en 1976.

Son diplôme de médecin en poche en 1983, il fait ses premiers pas professionnels à l’hôpital de Lemera au sud de Bukavu. En 1984, il obtient une bourse pour faire une spécialisation en gynécologie à l’université d’Angers en France. Il fonde avec un Angevin l’association France Kivu pour aider sa région d’origine.

Carrière et engagements

Malgré un travail bien rémunéré en France, en 1989, il choisit de retourner au Congo pour s’occuper de l’hôpital de Lemera, dont il devint médecin directeur.

Lors de la première Première Guerre du Congo en 1996, l’hôpital est sauvagement détruit. Plusieurs malades et infirmiers seront sauvagement tués, le Dr Denis Mukwege s’en sortira miraculeusement. Il se réfugie à Nairobi. Plutôt que de tourner définitivement la page du Congo, il décide d’y retourner. Avec l’aide du PMU (Pingstmissionens Utvecklingssamarbete, organisme caritatif suédois), il y fonde l’hôpital de Panzi où il va découvrir une pathologie nouvelle qui va profondément marquer le restant de sa carrière : la destruction volontaire et planifiée des organes génitaux des femmes. Il fait connaître au monde la barbarie sexuelle dont les femmes sont victimes à l’Est du Congo où le viol collectif est utilisé comme arme de guerre. Pour faire face à cette épidémie volontaire, il s’est spécialisé dans la prise en charge des femmes victimes de viols collectifs. Cette prise en charge des femmes victimes de violences sexuelles est générale. Elle concerne les domaines tant physique, psychique, économique que juridique. Sur le plan médical, il est reconnu comme l’un des spécialistes mondiaux du traitement des fistules. C’est à ce titre qu’il a reçu un doctorat honoris causa de l’université d’Umeå (Suède) en octobre 2010. Au cours de la même année, il a reçu la médaille Valemeberg de l’université du Michigan. Le 25 octobre 2012, il est victime d’une agression alors qu’il se dirige vers sa maison en plein centre de Bukavu. Le gardien de sa maison est abattu à bout portant après l’avoir alerté d’un danger, sa voiture est incendiée et Mukwege est ligoté, mais les gens du quartier se portent à son secours et il est sain et sauf. Il s’exile alors quelques mois en Belgique puis revient au Congo.


Décorations et hommages


En 2008, il a reçu le prix Olof Palme et le prix des droits de l’homme des Nations unies5. En 2009, il a obtenu le prix français des droits de l’homme, il a aussi été fait chevalier de la Légion d’honneur. La même année, il est élu Africain de l’année par une association de presse africaine. En 2010, il a obtenu le prix Van Goedart aux Pays-Bas. En Belgique en 2011, il a reçu successivement trois prix : le prix Jean-Rey, le prix Roi-Baudoin et le prix de paix de la ville d’Ypres, qui lui est remis en novembre 2011. Au cours de la même année, il a reçu le German media prize.

Le 7 octobre 2013, il se voit décerner le grand prix de la fondation Chirac pour la prévention des conflits6. Son nom a été d’autre part cité pour le prix Nobel de la paix 2013, aux côtés, entre autres, de la Pakistanaise Malala Yousufzai et de la magistrate guatémaltèque Claudia Paz y Paz. Le 3 février 2014, il est fait docteur honoris causa de l’université catholique de Louvain (UCL), qui met en avant son  » anticonformisme porté par des valeurs de liberté, respect et audace « .

Il a également reçu le prix de la fondation Clinton et le prix Right Livelihood1. La promotion 2014/2016 de directeurs d’hôpital de l’École des hautes études en santé publique située à Rennes porte son nom.

En 2014, plusieurs prix lui sont décernés : le Inamori Prize for Ethics 2014 (Japon-États-Unis), le prix Primo Levi (Italie), le prix Solidaris de l’hôpital Saint-Pierre de Bruxelles et la médaille de l’académie royale des sciences d’outre-mer.

 

 

 

English

Dr. Denis Mukwege is the director of Panzi Hospital in eastern Congo, but to the multitude of female patients that see him, beside being their physician, he’s a brother, father, counselor, protector, confidant to many.



Dr. Mukwege has treated 21,000 women during the Congo’s 15-year war, some of them more than once, performing up to 10 surgeries a day during his 18-hour working days.



There is a war against women in the Democratic Republic of Congo (DRC) and rape – used in the same fashion an artillery shell is – has become the weapon of choice; a weapon of mass destruction of women, their families and whole communities.



Born on March 1st, 1955, he is the 3rd of a family of 9 children. His father is a retired Pastor of a Pentecostal church of Bukavu (Swedish mission). Dr. Mukwege is married to Kaboyi Mapendo Madeleine and is the father of five children (Alain, Patricia, Sylvie, Lisa, Denise).



When he was young, he accompanied his father on his pastoral visits where he first had contact with patients. His first impression was that he wanted to help the patients in addition to praying with them, to assist them medically. After his baccalaureate, he studied medicine in Burundi where after he finished, he worked at the Christian hospital of Lemera in South-Kivu DR Congo. There he was shocked when he realized the difficulty of childbirth for the women in the rural milieu. Encouraged by this, he decided to study gynaecology/obstetrics at the CHU of Angers in France.



In 1989, Dr. Mukwege settled at the Hospital of Lemera where he installed a service of gynaecology/obstetrics after training the support staff. This service became known in the area and beyond the borders of the country. Unfortunately during the first civil war of Congo in 1996 the hospital was completely destroyed.



As a survivor from Lemera, Dr. Mukwege settled in Bukavu, there he still noted the suffering of the patients in the Southern part of the town of Bukavu without medical facilities to help women during childbirth. From these experiences the idea is born to build a maternity ward with an operating room at Panzi. But as early as the inauguration, he noted that the women victims of sexual violence are numerous and the numbers were rising. Thus the idea was born to create services specialized for the assumption of responsibility of women victims of sexual violence.



Currently this service receives on average 10 women per day and 30% of those will undergo a major surgery. The task becoming increasingly difficult, Dr. Mukwege is working on training the nurses, obstetricians and doctors for this end. This formation is done in collaboration with international experts of Fistula Hospital of Addis Ababa in surgery of vaginal rebuilding.