Fiche Personne
Réalisateur/trice Acteur/trice Producteur/trice Scénariste Monteur/se Chef opérateur/trice

Alain Resnais

France

Français

Né à Vannes (France) le 03 juin 1922.
La sortie de Hiroshima mon amour, en 1959, est une date majeure dans l’histoire du cinéma, et pas seulement du cinéma français. Dans les travellings dans les rues de la ville martyre, les rues de Nevers saisies à hauteur de soupirail, la voix incantatoire d’Emmanuelle Riva disant le beau texte de Marguerite Duras (« Non, tu n’as rien vu à Hiroshima » affirmait l’homme japonais), la génération cinéphile, celle des ciné-clubs et de l’après-guerre, a reconnu immédiatement un élargissement des possibles du cinéma : un chef-d’?uvre, un monument.
Il y a eu Resnais avant Hiroshima. Cinéphile réservé qu’on savait amateur de Guitry, auteur discret de courts métrages qui étaient l’honneur et la promesse d’avenir du cinéma par ailleurs peu inventif de la Quatrième République, il a déjà secoué la conscience européenne avec Nuit et brouillard, en 1955, bouleversant chant funèbre et mise en garde précise dix ans après la libération des camps.
Après Hiroshima, Resnais reste un cinéaste rare, discret, soucieux de mémoire et de forme, joueur à l’occasion. Auteur toujours inattendu de films inégaux certes, mais jamais dépourvus d’intérêt, enrichis des souvenirs de cinéphile dont il est le dépositaire. Auteur toujours curieux de l’humain : « Je souhaite approcher par le film la complexité de la pensée, son mécanisme interne. Dès qu’on descend dans l’inconscient, l’émotion naît. Et le cinéma ne devrait être qu’un montage d’émotions ».
« Le cinéaste Alain Resnais est mort samedi 1er mars à Paris « entouré de sa famille », a annoncé son producteur Jean-Louis Livi. Il avait 91 ans » annonce le 02 mars 2014, le quotidien français LE MONDE.

Filmographie (succincte)
(1948) Van Gogh
(1950) Guernica
(1953) Les statues meurent aussi (co-réal. : Chris Marker), film anticolonialiste, court métrage
(1955) Nuit et brouillard
(1956) Toute la mémoire du monde
(1958) Le Chant du styrène
(1959) Hiroshima mon amour
(1961) L’Année dernière à Marienbad
(1963) Muriel ou le Temps d’un retour
(1966) La guerre est finie
(1968) Je t’aime, je t’aime
(1974) Stavisky
(1976) Providence (v.o. anglais)
(1980) Mon oncle d’Amérique
(1983) La vie est un roman
(1984) L’Amour à mort
(1986) Mélo
(1989) I want to go home
(1993) Smoking, no smoking
(1997) On connait la chanson
(2003) Pas sur la bouche
(2006) : Cœurs
(2009) : Les Herbes folles
(2012) : Vous n’avez encore rien vu
(2014) : Aimer, boire et chanter

Bibliographie
Robert Benayoun, Alain Resnais arpenteur de l’imaginaire, Ed. Stock, 1980.
François Thomas, L’Atelier d’Alain Resnais, Ed. Flammarion, 1989.

English

Born in Vannes (France) in 1922.