Fiche Personne
Producteur/trice

Anatole Dauman

France

Français

Producteur, Directeur de production, Producteur délégué, Producteur exécutif.

Naissance
07 février 1925 à Varsovie (Pologne)

Décès
08 avril 1998 à Paris (France)

Formation
Anatole Dauman vient à Paris à l’âge de six mois. Pendant la guerre, il s’engage dans la Résistance et obtient la croix de guerre. Véritable autodidacte, il crée à vingt-quatre ans, avec Philippe Lifchitz, la société de production de films Argos.

Carrière au cinéma
Anatole Dauman commence par produire des documentaires sur l’art qui se distinguent déjà par une nouvelle combinaison de l’image et du texte. Cette dimension littéraire trouve un premier sommet avec Nuit et Brouillard (1955) d’Alain Resnais, effrayante évocation des camps de concentration commentée par Jean Cayrol. Esprit d’une grande culture, Anatole Dauman associe Marguerite Duras à Alain Resnais pour Hiroshima mon amour (1958) qui bouleverse la nature du récit cinématographique. Anticonformiste et d’une vive curiosité, il est en outre un remarquable accoucheur de talents. Avec lui, des réalisateurs expérimentés donnent le meilleur d’eux-mêmes. Il travaille ainsi avec Chris Marker (La jetée, 1962), Robert Bresson (Au hasard Balthazar, 1965) ou Jean-Luc Godard (Masculin-Féminin, 1965). Grâce à lui, le cinéma érotique peut s’épanouir sans contraintes, avec Nagisa Oshima (L’empire des sens, 1975) ou Walerian Borowczyk (Contes immoraux, 1974). Pétri de culture allemande, il sait trouver le juste équilibre dans la coproduction internationale, comme en témoignent les oeuvres majeures de Volker Schlöndorff (Le tambour, 1978) ou de Wim Wenders (Paris, Texas, 1984). Avec Level five (1997) de Chris Marker, son travail de grande qualité et d’une rare ambition artistique trouve un terme définitif.

Autres activités
Anatole Dauman est un militant infatigable au service de la cause des petits producteurs et distributeurs indépendants, face à l’emprise des grandes compagnies. Il laisse un certain nombre d’articles polémiques.

Filmographie

Courts métrages

en tant que : Producteur
1951 – Affaire Manet (L’) – Jean Aurel
1951 – Désastres de la guerre (Les) – Pierre Kast
1951 – Fêtes galantes : Le peintre Watteau Jean Aurel
1952 – Coeur d’amour épris – Jean Aurel
1952 – En bateau = Claude Debussy -Jean Mitry
1952 – Images pour Debussy = Reflets dans l’eau et 1ère arabesque – Jean Mitry
1952 – Rêverie de Claude Debussy – Jean Mitry
1954 – Martin et Gaston – Henri Gruel
1954 – Mystère de la Licorne (Le) – Jean-Claude See, Arcady
1955 – Nuit et brouillard – Alain Resnais
1955 – Paris la nuit – Jacques Baratier, Jean Valère
1955 – Regina Caeli – Paul Haesaerts, Arcady
1955 – Rose et le radis (La) – Henri Gruel
1955 – Symphonie mécanique – Jean Mitry
1955 – Une ville qu’on appelle Paris – Jean Prat
1955 – Voyage de Badabou (Le) – Henri Gruel
1956 – Dimanche à Pékin – Chris Marker
1956 – Hommes de la baleine (Les) – Mario Ruspoli
1956 – Voyageur (Le) – Henri Gruel
1957 – Barna, la passion du christ = Barna senese – Jacques Laval, Arcady
1957 – Broadway by night – William Klein
1957 – Déroute (La) – Ado Kyrou
1957 – Essais (Les) Jean-Gabriel Albicocco
1957 – Joconde (La) – Henri Gruel
1957 – Jugement dernier de Michel-Ange (Le) – Jacques Laval, Arcady
1957 – Notre-Dame, cathédrale de Paris – Georges Franju
1958 – Du côté de la côte – Agnès Varda
1959 – Astronautes (Les) – Walerian Borowczyk
1959 – Cocotte d’azur (La) Agnès Varda
1959 – Horrible, bizzare et incroyable aventure de monsieur Tête (L’) – Jan Lenica, Henri Gruel
1959 – Images des mondes perdus – Philippe Lifchitz
1959 – X. Y. Z. – Philippe Lifchitz
1960 – On vous parle – Jean Cayrol, Claude Durand
1961 – Inconnus de la terre (Les) –
Mario Ruspoli
1961 – Madame se meurt – Jean Cayrol, Claude Durand
1961 – Regard sur la folie – Mario Ruspoli
1962 – Fête prisonnière = Les Portes de la raison (La) Mario Ruspoli
1962 – Jetée (La) – Chris Marker
1962 – Monsieur Albert prophète – Jean Rouch
1962 – Valparaiso / A Valparaiso – Joris Ivens
1963 – De tout pour faire un monde – Jean Cayrol, Claude Durand
1963 – Eves futures – Jacques Baratier
1963 – Petit chapiteau (Le) – Joris Ivens
1964 – A – Jan Lenica
1964 – Femme fleur (La) – Jan Lenica
1964 – Gloire à Félix Tournachon – Michel Boschet, André Martin
1964 – Invention de la photographie (L’) – Michel Boschet, André Martin
1964 – Nègres = Mais où sont les nègres (Les) – Michel Boschet, André Martin
1965 – Oiseaux sont des cons (Les) – Chaval
1965 – Passage (Le) – Cécile Decugis
1966 – Exils = Divine comédie – Marc Scialom
1966 – Rotterdam-Europoort – Joris Ivens
1966 – Voilà l’ordre – Jacques Baratier
1967 – Algérie, année zéro – Jean-Pierre Sergent, Marceline Loridan
1967 – Concerto pour un exil -Désiré Ecare
1967 – Cow-boys sont noirs (Les) – Serge-Henri Moati
1967 – Eden miseria – Jacques Baratier
1967 – Jeanne et la moto – Diourka Medveczky
1967 – Roméos et jupettes – Jacques Rozier
1967 – Sierra falcon – Claude Barrois, Henry Chapier
1968 – Cabascabo – Oumarou Ganda
1968 – Noces de feu – Nicole Echard
1968 – Pompo – Serge-Henri Moati
1968 – Prologue = Arrabal – Jacques Baratier
1969 – Confusion = El Baston – Nestor Almendros
1969 – Femme enceinte (La) – Jean-Louis Comolli
1969 – Femme nue, femme noire = A nous deux, France – Désiré Ecare
1969 – Impression soleil levant n° 1 André S. Labarthe
1969 – Piège – Jacques Baratier
1969 – Vieil Alkassa (Le) – Serge-Henri Moati
1970 – Afrique express = L’Afrique à vol d’oiseau (L’) – Jacques Lang, Danièle Tessier
1970 – Bravo zoulou – Jacques Lang, Danièle Tessier
1970 – Chaval – Mario Ruspoli
1970 – Femme aux cent visages (La) – Jean-Daniel Pollet
1970 – Impression soleil levant n° 2 – André S. Labarthe
1970 – Tarra – Gilles Combet
1970 – Une réserve africaine au Tchad = Mort d’une girafe – Danièle Tessier, Jacques Lang
1970 – Vallée fertile (La) – Danièle Tessier, Jacques Lang
1970 – Wazou polygame = Le Mariage forcé (Le) – Oumarou Ganda
1971 – Hundertwassers regentag /Jour de pluie – Peter Schamoni
1971 – Israël et Ismaël – Henry Chapier
1972 – Conte médiocre – Chaval
1972 – Journal d’un humoriste = Le Chavalanthrope – Mario Ruspoli
1972 – Vive la baleine – Chris Marker, Mario Ruspoli
1972 – Wieviel farben hat die hand ? /
Combien de couleurs dans la main ? – Peter Schamoni
1973 – Pays beau (Le) – Michel Boschet
1973 – Une collection particulière – Walerian Borowczyk
1974 – Beau samedi (Le) – Renaud Walter
1974 – Promenade (La) – Eddy Matalon
1975 – Escargot de Vénus (L’) – Walerian Borowczyk
1975 – O Gaule – Jean-Marie Goulet
1975 – Véritable histoire de la bête du Géveudant (La) – Walerian Borowczyk
1977 – Amour monstre de tous les temps (L’) – Walerian Borowczyk
1978 – Demain, la petite fille sera en retard à l’école – Michel Boschet
1978 – Dorothea Tanning : Insomnia / Insomnies – Peter Schamoni
1978 – Sine massacre n° 1 – Michel Boschet
1980 – Petit chaperon bleu, blanc, rouge (Le) – Michel Boschet
1981 – Junkopia – Chris Marker
1982 – Elia Kazan outsider – Annie Tresgot, Michel Ciment
1984 – Scherzo infernal – Walerian Borowczyk
1986 – Sine massacre n° 2 – Michel Boschet

en tant que : Producteur délégué
1959 – Paris la belle – Pierre Prévert, Marcel Duhamel

Longs métrages

en tant que : Producteur

1952 – crimes de l’amour : Le rideau cramoisi (Les) –
Alexandre Astruc
1952 – Crimes de l’amour : Mina de Vanghel (Les) –
Maurice Barry, Maurice Clavel
1953 – Peter Breughel l’Ancien – Edmond Levy, Arcady, Gilbert Pignol
1958 – Hiroshima, mon amour – Alain Resnais
1958 – Première nuit (La) – Georges Franju
1960 – Année dernière à Marienbad (L’) – Alain Resnais
1960 – Chronique d’un été – Jean Rouch, Edgar Morin
1961 – rendez-vous de minuit (Le) – Roger Leenhardt
1965 – Au hasard, Balthazar – Robert Bresson
1965 – Demain la Chine – Claude Otzenberger
1965 – Masculin féminin – Jean-Luc Godard
1966 – Désordre a vingt ans (Le) – Jacques Baratier
1966 – Deux ou trois choses que je sais d’elle – Jean-Luc Godard
1966 – Terres africaines n° 5 – Le Retour d’un aventurier : Le Retour d’un aventurier – Moustapha Alassane
1967 – Dix-septième parallèle (Le) – Joris Ivens, Marceline Loridan
1967 – Tu imagines Robinson – Jean-Daniel Pollet
1968 – deux Marseillaises (Les) – Jean-Louis Comolli, André S. Labarthe
1970 – Fleuves africains – Danièle Tessier, Jacques Lang
1974 – Contes immoraux – Walerian Borowczyk
1975 – Ai no corrida/ L’Empire des sens – Nagisa Oshima
1975 – Bête (La) – Walerian Borowczyk
1976 – Chantons sous l’Occupation – André Halimi
1976 – Coup de grâce (Le) – Volker Schlöndorff
1978 – Ai no borei / L’Empire de la passion – Nagisa Oshima
1981 – Fälschung (Die) / Le Faussaire – Volker Schlöndorff
1982 – Belle captive (La) – Alain Robbe-Grillet
1982 – Sans soleil – Chris Marker
1986 – Offret = Sacrificato / Le sacrifice – Andreï Tarkovski
1987 – Himmel über Berlin (Der) / Les ailes du désir – Wim Wenders
1996 – Level five – Chris Marker

en tant que : Producteur délégué
1957 – Lettre de Sibérie – Chris Marker
1960 – Chronique d’un été – Jean Rouch, Edgar Morin
1962 – Muriel ou Le temps d’un retour – Alain Resnais
1965 – Mona, l’étoile sans nom – Henri Colpi
1966 – Mouchette – Robert Bresson
1968 – amour c’est gai, l’amour c’est triste (L’) – Jean-Daniel Pollet
1978 – Blechtrommel (Die) / Le Tambour – Volker Schlöndorff
1980 – Fruits de la passion (Les) – Shuji Terayama
1984 – Paris, Texas – Wim Wenders

en tant que : Producteur exécutif
1991 – Jusqu’au bout du monde – Wim Wenders

en tant que : Directeur de production
1957 – Lettre de Sibérie – Chris Marker
1965 – Mona, l’étoile sans nom – Henri Colpi
1968 – amour c’est gai, l’amour c’est triste (L’) – Jean-Daniel Pollet
1978 – Flammes – Adolfo Arrieta



Ouvrages
? Souvenir-écran : Anatole Dauman, Argos Films / Jacques Gerber ; Préf. Elia Kazan, Paris, Centre Georges Pompidou, 1989
Périodiques
? Cahiers du Cinéma (Les), n° 524, mai 1998
? Revue du Cinéma/Image et Son (La), n° 453, octobre 1989
? Séquences, n° 131, octobre 1987


Source
BIFI.fr

English

(1925-1998)