Poèmes pour la Côte d’Ivoire

Présentés par Tanella Boni

Print Friendly, PDF & Email

Le drame ivoirien ne laisse aucun Africain indifférent. Deux auteurs, le Sénégalais Babacar Sall et le Mauricien Khal Torabully, qui l’ont abordé par la poésie, sont présentés ici par la romancière, poète et philosophe ivoirienne Tanella Boni, dont on lira également quelques poèmes.

Mes Afriques, mes ivoires
de Khal Torabully
L’itinéraire de Khal Torabully ressemble à cette quête des ponts, de la relation entre l’île et ses autres, tous les autres, y compris le continent. (…) La langue prend corps dans la diversité des îles, se créolise et ouvre la voie à la parole qui dit ces pays intérieurs dominés par l’image de la traversée des mers par les coolies qui, comme les nègres, ont été taillables et corvéables à merci. (…) Si le poète a un camp à choisir, on l’aura compris, c’est donc celui de l’humanité face à la réduction de l’humain en corps sans âme, en bête ou en chose. En ce sens, la parole poétique est ce baume qui vient apporter un peu de réconfort aux êtres humains, partout où la vie perd son sens. Donner la parole aux mots afin qu’ils disent la juste mesure du monde, qui ne peut être mesuré ou classé contre une partie de lui-même, n’est-ce pas là le rôle exact de toute poésie ?
Mes Afriques, mes ivoires s’inscrit au cœur d’une poétique de la relation qui dit les passerelles et les réseaux, relie les humains et reconnaît la variété des points de vue sur une carte commune.
Tanella Boni (extrait de l’introduction)
***
Il n’ y a rien de plus terrible qu’un pays tatoué de sang et de boue.
Je te dis l’humus et l’ouragan des matrices, le philtre
Déposé dans le fruit amer de la rumeur assassine.

Le sol est trop mûr de notre mal de vivre,
Les huiles se collent déjà au ventre humide de l’aube.
***
Passage vers Abidjan, novembre 2002

Il n’est pas d’autre poème que l’horreur du monde.
Quelle parole pourra figer d’autres interdits de sang
D’autres fétichistes de la peau, d’autres imprécateurs des clans ?

J’avais palabré avec le chef du lagon sacré, son territoire
Était son accueil avec péage pour mémoire.

Le code d’honneur est rompu au bord du fleuve gouailleur.
Le cimetière des morts est profané par les ensevelisseurs
De vivants, de nomades, de natifs transfrontaliers…
***
Mon ivoirité,
Mot devenu bannière pour crime de sang.
Qui dit plus ivoire que ma défense ?

Le sang crache sa sueur dans les fuites du cœur.
Mon ivoire tachée par la peur des yeux
Par les atroces mémoires d’éléphant,
Par les gardiens de visages traqués,
Par les patrouilles des gènes dans la nuit des sangs.

Mes Afriques, mes ivoires est à paraître aux éditions L’Harmattan dans la collection  » Poètes des cinq continents « .
***
Chants de nuit
Poèmes pour la Côte d’Ivoire
de Babacar Sall
Babacar Sall avait pris l’habitude d’habiter le monde en poète. Il avait pris soin de sculpter des Visages d’hommes (1), et sa parole avait passé du temps dans Le Lit de sable (2). Depuis toujours, aucune tragédie de l’Afrique du jour et de la nuit n’est étrangère à son Poème blessé (3). Ainsi, il avait naguère entonné Le Chant des collines (4) à propos du Rwanda. Aujourd’hui, ses mots ont fait escale en Côte d’Ivoire, à la suite de ses pas de voyageur habité par l’amour des paysages traversés, la quête de l’humanité qui fait sens et mérite de vivre hors de tout chaos, libérée de  » la peur bleue  » des jours sans lendemain.
Que se passe-t-il en Côte d’Ivoire
D’aussi étrange
(p. 27)
Le poète, inquiet, s’interroge en pleine nuit. Il se donne le droit de chanter au risque de réveiller démons et monstres qui font la pluie et le beau temps là-bas, dans ce pays aimé qui a  » inventé/ Le chemin lumineux des lucioles  » ; ce pays dont les meilleurs souvenirs lui reviennent comme un refrain :
Côte d’Ivoire
Ce que je garderai de toi
C’est ton sourire bleu de terre
Trempé de lumière
Et de vent de rosée
(p. 12)
Pourtant la nuit est tombée sans crier gare, tuant les rêves, tuant l’enfance, sur une terre pleine de promesses. La nuit est tombée en plein soleil, au su et au vu de tous. Alors le poète se donne le droit d’ouvrir ce voile sans couleur qui couvre le sourire de la terre et le sens du vent. Avec quelques mots d’espérance, le poète dit l’immensité de la nuit sans étoiles et sans  » lait du ciel « . Sa parole n’oublie pas la nudité d’un pays pourtant voué à la lumière du jour, à l’ouverture au soleil, à la luminosité de ses arbres aujourd’hui ébranlés par quelque  » rire  » de mitraillette. La géographie et l’histoire perdent leur raison d’être quand les paysages deviennent terres de peines et de souffrances, quand la scission s’installe au cœur de la mémoire :
À Bouaké
Le soleil se lève aussi la nuit
Et se couche le jour
Les yeux fermés
Sur les terres de peine
Les souffrances silencieuses
De tant d’âmes en errance
(…) (p. 24)
***
À Abidjan
Un rire de fusil
Sous l’ombre d’un arbre
Percute le sommeil d’un enfant
Qui ne sait plus
En quelle nuit baigne son rêve
(p. 46)
Et il y a ces  » francs-tireurs  » tapis dans l’ombre du vent. Il y a tous ceux qui, un jour ou l’autre, devront rendre compte de leurs crimes au grand jour.
Babacar Sall parle  » d’ingérence  » à propos de sa propre poésie. Pourvu que tout poète se donne ce droit Car le poète n’est-il pas ce voyageur qui traverse des paysages sans limites, habité par les rumeurs du temps ? Naguère, les poètes parlèrent  » d’ engagement « , aujourd’hui, y a-t-il mission poétique plus noble que de porter l’espérance par-delà les maux et les frontières qui déchirent l’Afrique ?

Chants de nuit, Poèmes pour la Côte d’Ivoire, Paris, L’Harmattan, décembre 2002.
Visages d’Homme, Paris, L’Harmattan, 1994.
Le Lit de sable, Paris, L’Harmattan, 1998.
Le Poème blessé, Paris, L’Harmattan, 1996.
Le Chant des collines (Poèmes pour les Grands Lacs), Paris, L’Harmattan, 1998.
***
Si Dieu me donne longue vie
suivi de La liberté guidant les vents
de Tanella Boni
car les vrais hommes inventèrent les médias
pour honorer la mort à chaque coin de rue

semer le grain du non retour sur le chemin de l’autre
frère sœur voisin étranger

seule la folie des mots armés
peut séparer les fils du pagne tissé
par les lois de la vie et les rêves du hasard

les médias
cette page noire recueillie
fiel déversé par les fauves
parmi les ondes assassines de la lagune

la folie rance guide le vent de la hune
***
je les vois trouer le ciel comme si les nuages gorgés de pluie
n’étaient pas liberté et voile ailé de la vie sur terre

je les vois cueillir toute pluie de mercenaires comme si
la mer sans frontière donnait sa source aux aléas du vent promeneur
***
où est le souffle de vie promis à l’escale de la nuit
vos mots assassinent le bon sens enchaînant l’aile et le vent

liberté ô liberté comment poser un regard neuf
sur la rive et la mer infinies où furent brisées tes ailes

désormais ils voguent en tyrannie retrouvée
de l’autre côté du sens la face enchantée du pouvoir
d’où nul ne revient

///Article N° : 2858

  • 1
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
Tanella Boni
Khal Torabully
Babacar Sall





Laisser un commentaire