Position As Desired : Réflexions sur l’identité afro-canadienne

Print Friendly, PDF & Email

À Toronto, le Musée royal de l’Ontario (ROM), en collaboration avec Wedge Curatorial Projects, présente en ce moment Position as Desired : réflexions sur l’identité afro-canadienne photographies de la collection Wedge (1).

L’automne dernier s’est ouvert une exposition d’un genre inédit dans une institution canadienne grand public presque centenaire, le ROM, réputée plutôt « classique » dans ses approches muséales tournées vers l’histoire naturelle et les cultures du monde.
26 œuvres photographiques, des portraits (rares) de l’époque des premiers immigrants de descendance africaine au Canada aux œuvres contemporaines de quatre artistes émergents, rendent compte des expériences afro-canadiennes dans leur grande diversité.
L’exposition est programmée jusqu’à fin mars 2011, dans une galerie dédiée au patrimoine canadien, qui présente des collections d’objets anciens qui sont autant de « symboles, emblèmes et images du Canada, ainsi que les messages qu’ils véhiculent dans le contexte changeant des « identités » canadiennes » (2). « Contexte changeant », « identités » plurielles du Canada, les termes sont lâchés : comment, dans ce pays à forte immigration, composé d’une mosaïque de cultures, qui plus est, une vaste étendue de territoire à la mesure d’un continent, comment, dans ce pays des « deux solitudes » (3) (pour ce qui est des relations entre anglophones et francophones), appréhender une identité afro-canadienne ?
Le point de départ : la collection Wedge
Le commissaire invité n’est nul autre que Kenneth Montague, initiateur de Wedge Curatorial Projects, organisme torontois qui a pour mission de sensibiliser le public aux arts visuels, en particulier aux photographes de l’Afrique et de la diaspora. J’ai rencontré K. Montague, mécène passionné et généreux, qui prend soin de la dentition des célébrités, pour la première fois en novembre 2007, à la biennale de Bamako, où il venait présenter sa collection de photographies aux festivaliers. Depuis, il est revenu à Bamako en 2009 et sera, à n’en pas douter, au rendez-vous de 2011. En attendant, il continue sur sa lancée, en montant plusieurs expositions chaque année à Toronto ou à Detroit, comme l’année passée, en publiant des catalogues, en organisant des rencontres, comme celle du samedi 5 mars 2011, où artistes, conservateurs et chercheurs sont invités à débattre sur l’identité afro-canadienne (4). En relation avec l’exposition, cet événement souligne avant tout l’importance de créer un espace de visibilité et de parole pour les artistes canadiens de descendance africaine. Cette rencontre qui s’annonce passionnante sera divisée en quatre séances qui porteront principalement sur les notions d’histoire, de mémoire, d’identité et de communauté. La première séance traitera de l’histoire et de la représentation des artistes afro-canadiens et de manière plus globalement, les artistes issus des communautés culturelles (selon le terme consacré au Canada). Les intervenants de la deuxième séance lanceront, quant à eux, une discussion sur la place réservée aux artistes noirs au sein de la scène artistique canadienne. La troisième séance invitera les quatre photographes émergents de l’exposition – Christina Leslie, Megan Morgan, Dawit L. Petros et Stacey Tyrell – à venir témoigner de leurs réalités d’artistes. Nous reviendrons sur ces discussions dans un prochain article.
Retour sur l’exposition
Position As Desired se divise en trois sections qui présentent chacune une facette de la collection Wedge de Toronto. La première partie, Une perspective historique, sur la période qui va de 1896 à 2008, propose une sélection de photographies historiques et contemporaines, parmi lesquelles de rares clichés montrant certains des premiers immigrants d’ascendance africaine au Canada. Parmi les quelques œuvres présentées dans cette section se trouve le portrait du centenaire John Hall (à l’âge de 114 ans), pris en 1896. Après avoir échappé à l’esclavage au Kentuky grâce au chemin de fer clandestin, il a vécu pendant près de 50 ans à Owen Sound où il était crieur public. Il est mort en 1900 à l’âge avancé de 117 ans.
Des photographies tirées de l’album de la famille Montague, datant des années 1960, figurent également dans cette section. Les moments de célébration familiale parviennent à atténuer le sentiment d’isolement et la discrimination raciale dont étaient souvent victimes les immigrants noirs qui s’installaient dans des communautés majoritairement blanches.
Dans la seconde section, Réflexions sur l’identité dans les années 1990, l’exposition poursuit son exploration des notions d’identité, de mémoire et de communauté, en présentant des photographies d’artistes qui traitent notamment de la précarité des Noirs au Canada. Elle rend hommage aux premières œuvres de Buseje Bailey, David Zapparoli, Michael Chambers et Stella Fakiyesi de Toronto, des photographes qui ont directement puisé leur inspiration dans leur expérience personnelle, et que l’on retrouve dans le dossier n°25 que la Revue Noire leur a entièrement dédié en 1997.
La dernière section, Regards contemporains, met en vedette les travaux de quatre artistes émergents : Christina Leslie, Megan Morgan, Dawit L. Petros et Stacey Tyrell. Toutes les œuvres de cette salle révèlent des histoires d’Afro-Canadiens qui ont assumé leur identité métissée. Les thèmes collectifs abordés sont, entre autres, la famille, l’individualité et la diversité. Dans Position As Desired (2001) qui donne son titre à l’exposition, Stacey Tyrell revisite une photo de famille, en partant du tirage original datant des années 1960, qui montre sa mère, qui venait alors d’immigrer au Royaume-Uni, en compagnie de trois amies.
Regards contemporains
L’exposition met surtout en valeur les œuvres de quatre artistes canadiens issus de la nouvelle génération. Stacey Tyrell, qui vit et travaille à New York, a étudié la photographie à l’Ontario College of Art and Design. En 2002, la Gallery 44, la galerie photo la plus prestigieuse de Toronto, sélectionne son travail pour figurer dans Proof, une exposition annuelle consacrée aux photographes canadiens les plus prometteurs. Christina Leslie, qui vit et travaille à Toronto, a elle aussi étudié la photographie à l’Ontario College of Art and Design d’où elle sort diplômée en 2006. Ses œuvres ont été présentées dans plusieurs expositions collectives, notamment aux États-Unis. La troisième artiste exposée, Megan Morgan, qui a reçu également une formation artistique à Toronto, poursuit actuellement ses études à San Francisco. Elle a déjà présenté ses travaux dans des expositions de groupe, notamment Becoming au Musée d’art contemporain de Detroit (exposition proposée par la galerie Wedge, alias Kenneth Montague). Au printemps 2010, elle présentait un projet solo à la Gallery 44, conjointement à l’exposition collective « Always Moving Forward », introduisant plusieurs œuvres récentes d’artistes africains et de la diaspora tels que Mohamed Bourouissa, Aïda Muluneh ou encore Lolo Veleko, et issues de la collection Wedge.
Dernier artiste présenté, et seul homme de ce collectif, Dawit L. Petros, originaire d’Érythrée, vit et travaille présentement à New York. Formé au Canada (Montréal et Saskatoon), ainsi qu’aux Etats-Unis (Boston), il a participé à plusieurs expositions solo et collectives au Canada et à l’étranger, parmi lesquelles Flow au Studio Museum de Harlem, Becoming au Musée d’art contemporain de Detroit, Remix au Prefix ICA de Toronto et Strike Black à l’Observatoire 4 à Montréal.
Son portrait intitulé Sign, tiré de la série Transliteration, résume à lui seul l’esprit de cette exposition et des divers événements qui l’accompagnent, jusqu’au catalogue dont il fait la couverture. Sign, portrait énigmatique d’un jeune homme vêtu d’une parka – incontournable accessoire des hivers canadiens -, est présenté à l’entrée de la galerie parmi les portraits peints d’illustres personnages, notamment des chefs militaires qui ont fait l’histoire du Canada, colonie américaine jadis disputée entre Français et Anglais. En observant davantage ce portrait photographique, on s’aperçoit que le jeune homme est coiffé de dreadlocks, elles-mêmes couronnées d’une capuche avec col de fourrure, qui donne beaucoup de majesté au portrait. Autre particularité de ce portrait, le jeune homme place son pouce et son index gauches de telle manière, qu’il semble vouloir faire passer un message un peu à la manière d’un artiste hip-hop, aurait-on envie d’ajouter. Que nenni, ce portrait est une citation qui renvoie en fait à l’autoportrait au col de fourrure d’Albrecht Dürer réalisé en Allemagne cinq siècles plus tôt. Autrement dit, et pour faire bref, car il y aurait tant à dire, ce portrait numérique du 21e siècle s’inscrit dans la grande tradition picturale européenne, sans renier pour autant son africanité (à travers les dreadlocks), illustrant ainsi parfaitement ce syncrétisme identitaire souhaité et assumé par la communauté africaine canadienne.

1. Photographies de la collection Wedge présentées au Royal Ontario Museum (ROM) de Toronto, du 2 octobre 2010 au 27 mars 2011.
2. Extrait de la communication du ROM qui présente cette galerie :[galeries des cultures du monde]
3. Dans « Deux solitudes », traduction française du roman de Hugh MacLennan, « Two Solitudes » (1945), l’auteur s’engage dans une véritable odyssée à la recherche de son identité et d’une vision du Canada :[thecanadianencyclopedia]
4. Ci-joint le lien qui annonce l’événement et décrit les différents ateliers qui auront lieu ce jour-là au ROM : [wedgecuratorialprojects]
Un catalogue, intitulé Position As Desired /Exploring African Canadian Identity : Photographs from the Wedge Collection, accompagne l’exposition et réunit artistes, rédacteurs et conservateurs. Cette publication comprend des reproductions d’œuvres choisies, une introduction du commissaire de l’exposition Kenneth Montague, et un essai de Julie Crooks, doctorante à la SOAS de Londres. Le catalogue reproduit également une entrevue avec les artistes Christina Leslie, Megan Morgan, Dawit L. Petros et Stacey Tyrell, sous la direction du professeur Warren Crichlow de la Faculté d’éducation de l’Université York.
Liens web en relation avec cette exposition : www.rom.on.ca/fr ou www.wedgecuratorialprojects.org///Article N° : 9983

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
Position As Desired, 2001 Courtesy of Dr Kenneth Montague / The Wedge Collection, Toronto © Stacey Tyrell
John Hall (Aged 114 years), Owen Sound, Ontario, c.1896 Courtesy of Dr Kenneth Montague / The Wedge Collection, Toronto © Unknown Photographer (Studio of William Craig)
Sign (extrait de la série Transliteration), 2003 Courtesy of Dr Kenneth Montague / The Wedge Collection, Toronto © Dawit L. Petros
EveryTING Irie (extrait d'une série de 14 images), 2006 Tirage chromogénique réalisé manuellement, Courtesy of Dr Kenneth Montague / The Wedge Collection, Toronto © Christina Leslie





Laisser un commentaire