Prologue : pour une culture de marcottage

Print Friendly, PDF & Email

« Je suis adossé à l’Afrique, mais en même temps il me faut construire ici quelque chose d’inouï. Il s’agit de créer un autre espace culturel et spirituel dans l’espace où l’on est, et qui n’est pas la reconstruction nostalgique de l’espace d’où l’on vient. 1 » (Koffi Kwahulé)

DESSINER LES CONTOURS DE CETTE CULTURE française faite d’hybridité et de partage, la culture que construisent les Européens d’ascendances africaines, les Afrodescendants de France, Métis, Antillais ou Africains d’origine, ces Européens africains-caribéens, qu’un surplus de mélanine identifie comme appartenant à un ailleurs, s’avère aujourd’hui primordial, ne serait-ce que pour affirmer son existence. Est-elle une culture marginale de la culture française, une sous-culture, une culture fantasmée par celui qui l’identifie comme la culture de l’autre, passant à côté de ce qui finalement le constitue également? Quel est le territoire de cette culture dite « afropéenne » ? Un territoire vi...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire



Africultures a franchi le cap des 10.000 articles depuis sa création en 1997
Nous remercions tous nos contributeurs et nos lecteurs
Inscrivez-vous à la newsletter pour suivre nos publications