Réinvestir le sacré

Musiques, paroles et rites chez les anciens captifs déportés de l'Afrique orientale à Madagascar XIXe-XXe siècles

Lire hors-ligne :

À Madagascar, les Makoa apparaissent comme un des derniers groupes de la diaspora africaine issue de la traite et de l’esclavage au monde.

Au XIXe siècle, le terme « Makoa », ou « Mozambique », désignait une catégorie servile issue de la traite des esclaves, qui reliait l’Afrique orientale aux îles de l’Océan Indien occidental (Zanzibar, les Comores, Madagascar, les Mascareignes). Ils tirent leur nom des Makoa, groupe sociolinguistique majoritaire du Nord Mozambique, où se situaient les principaux ports du trafic d’esclaves, comme l’île de Moçambique(1), dont dérive le terme « Mozambique » assigné sans distinction à tous les captifs qui y avaient été déportés à l’extérieur du continent. On retrouvait ces termes génériques de « Makoa », « Mozamb...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Laisser un commentaire