S’éduquer au panafricanisme au Ghana

Du 4 au 14 août dernier, 70 jeunes d’Afrique de l’Ouest et de la diaspora de France et de Belgique se rencontraient à Accra (Ghana) pour la 7e édition des Voyages d’Intégration Africaine. L’initiative, née au Burkina Faso, oeuvre pour le dialogue interreligieux, interculturel et l’éducation au panafricanisme. Reportage.

« Bienvenue au Château de Cape Coast, l’un des principaux lieux de la traite négrière de la côte ouest africaine. Il a été construit par les Portugais en 1482 avant d’être pris par les Hollandais en 1637. Puis en 1872, les Anglais l’ont repris de force. » Dans ce lieu de mémoire, 70 jeunes, de 17 à 35 ans, font connaissance du regard, silencieux. Ils viennent du Sénégal, du Mali, du Togo, du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de Belgique ou de France, pour certains originaires de République Démocratique du Congo ou du Rwanda. Ruvie a 22 ans ; treize de vie au Congo, il réside depuis neuf ans à Paris : « Le système scolaire est léger sur cette histoire de l’esclavage, que ce soit en France ou au Congo. Venir ici pour moi est incontournable. » Cette visite n’est que le prélude du Voyage d’Intégration Africaine (VIA) d’une semaine au Ghana. Le but ? Amorcer un dialogue interreligieux et interculturel à travers des sorties culturelles, des conférences d’intellectuels (Amzat Boukari Yabara(1), Felwine Sarr(2) et Yala Nadia Kisukidi(3)) et des activités pratiques. « Cette démarche est une mise en oeuvre du panafricanisme, concept que nous avons souhaité mettre au coeur de notre 7e édition des VIA » explique Jean-Paul Sagadou, en écho au thème du voyage « La jeunesse africaine et afro-descendante face au panafricanisme : l’héritage de Kwame Nkrumah ». Le prêtre burkinabè appartenant à la congrégation des
assomptionnistes est l’initiateur de ces voyages, chapeauté par le Réseau des Jeunes pour l’Intégration Africaine (RJIA) qu’il fonde en 2009 : « Après avoir passé beaucoup de temps aux côtés de la jeunesse africaine dans divers projets, je me suis rendu compte qu’elle n’était pas unie, loin de là. J’ai eu alors le souci de créer des espaces de dialogue pour faire se rencontrer les jeunes du continent pour qu’ils parlent de leur Afrique, comment ils la vivent et comment ils la voient dans le futur. » Natacha, 26 ans, vit au Burkina Faso. Elle en est à sa sixième participation au via : « Avant mon premier voyage d’intégration, je n’avais jamais quitté le Burkina et j’avais beaucoup de préjugés sur les autres pays africains. Ces voyages sont devenus essentiels dans ma vie, ils m’ont fait prendre conscience des enjeux de l’Afrique et de sa diversité culturelle et religieuse qu’il est important de connaître pour avancer ensemble. » En 2017, le projet diffère des précédents : pour la première fois, des jeunes de la diaspora sont présents. C’est une histoire de rencontre, entre Jean-Paul Sagadou et Victoria Ahoueli, présidente de Hidaya, une association d’éducation populaire basée à paris qui valorise les savoirs panafricains auprès de la jeunesse africaine et afro-descendante : « Nous avons créé Hidaya(4) avec une amie, conscientes, en tant que jeunes d’origine africaine, du manque de transmission de notre histoire. On a besoin de références, de figures, de repères pour nous sentir africains et oeuvrer pour l’avenir de notre continent. » Figure incontournable, Kwame Nkrumah, personnalité phare du panafricanisme, est justement célébré cette année au Ghana, à l’occasion des 60 ans de l’indépendance du pays. Jean-Paul Sagadou conclue en interpellant les jeunes : « Le panafricanisme est en mouvement, vous en êtes les instigateurs. Les rencontres historiques que nous avons vécues vous donneront la force pour penser une Afrique unie et fière. Utilisez à bon escient tout ce que vous avez vécu au Ghana ! »

1. Auteur notamment de Africa Unite ! Une histoire du Panafricanisme. La découverte. 2014
2. Economiste sénégalais, initiateur des Ateliers de la Pensée à Dakar, auteur d’Afrotopia.
3. Docteur en philosophie à l’Université Paris 8.
4. En swahili « un cadeau », en arabe « le guide ».

Partager :

Laisser un commentaire