L’awalé remis au goût du jour

Lire hors-ligne :

Association parisienne née en juin 2016, Le club awalé fait la promotion de jeux de stratégie africains.
Son fondateur Ngoufo Gangnimaze, jeune homme camerounais, nous explique les objectifs de son club tout en nous apprenant à jouer à l’awalé.

Quand nous faisons la rencontre de Ngoufo Gangnimaze, accompagné de son inséparable plateau de jeux awalé, de forme longiligne, nous sommes à une table de l’évènement Black Movie Summer, à Paris. Le fondateur de l’association Le club awalé ne tourne pas autour du pot pour nous dire, que ce jeu « n’a rien à envier, en termes de stratégie et de complexité, aux autres. Et même mieux, c’est un jeu de sagesse. Ses règles véhiculent des valeurs morales». Un adversaire face à soi, deux rangées de six trous, avec quatre graines pour chacun, et c’est parti. La sensation agréable des petites graines lisses entre les doigts, nous fait penser à des noyaux de fruits pendant que nous les déplaçons dans un mouvement contraire aux aiguilles d’une montre. Ce jeu demande une attention non seulement mathématique, qui le rend proche des échecs, du go ou des dames mais aussi morale. Par exemple, il est interdit d’affamer son adversaire et obligatoire de le nourrir si celui-ci s’affame tout seul car le but n’est pas de le détruire, mais juste de gagner plus de graines que lui.

Un jeu historique

Appartenant aux « jeux de semailles », et originellement joué par les peuples Akans en Côte d’Ivoire et au Ghana, l’awalé a plusieurs « sosies » aux règles proches, comme le wali au Mali, le wouri au Sénégal, le wouré au Cap-Vert… D’ailleurs notre professeur s’empresse d’ajouter une autre origine possible : « Si on regarde la première version du jeu on serait tenté de dire qu’il est né en Ethiopie. Le plus vieux modèle semble appartenir au 17e siècle. Mais comme le bois est bio dégradable, il ne peut pas nous révéler de l’âge du jeu. Il n’est pas impossible que des versions plus anciennes aient complètement disparu ». Ce qui est sûr c’est qu’aujourd’hui on ne le retrouve pas seulement en Afrique, mais aussi dans les Caraïbes, en Europe, au Moyen-Orient et en Asie du Sud-Est. Le club awalé, de son coté, affiche le slogan « Venez jouer à l’Africaine. L’intelligence est joie ! » et s’engage à promouvoir cette occupation ludique et instructive via plusieurs initiatives. Présent à des événements tels des festivals afro-urbains comme 100% Afrique à La Villette au printemps ou des rencontres associatives comme La Journée de l’Enfant Africain, Le club awalé prévoit, le long de l’année, des ateliers d’initiation, des animations tous publics, des tournois, des conférences et des rencontres entre amateurs. Et pas seulement : « On voudrait créer un livre de stratégie et pourquoi pas concevoir un logiciel ! ».

Plus d’infos : clubawale.com

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire