Senghor et la modernité

Compte rendu du colloque du 8 décembre 2006 organisé par le Centre International Francophone d'Echanges et de Réflexion (C.I.F.E.R.)

Pour clôturer les nombreuses célébrations de l’année Senghor, le C.I.F.E.R. a organisé le 8 décembre 2006, à l’Hôtel de ville de Paris, un colloque sur le thème ” Senghor et la modernité “. Cette réunion, organisée en partenariat avec la Mairie de Paris, était placée sous le haut patronage du Président Abdou Diouf, secrétaire général de l’O.I.F. Cinq intervenants, représentant des domaines de connaissance différents, avaient été pressentis par le C.I.F.E.R. : Babacar Sall, poète, sociologue, directeur de publication à l’Harmattan ” Senghor, le conciliateur des contraires ” Souleymane Bachir Diagne, professeur de philosophie, Northwestern-University de Chicago ” Comprendre Senghor dans son contexte historique ” Mwatha Musanji Ngalasso, professeur de linguistique à l’université de Bordeaux III ” Par-delà l’image du grammairien et du linguiste ” Amadou Tom Seck, enseignant à l’université Marc Bloch de Strasbourg ” Senghor et les bases du Sénégal moderne ” Awa Ly, universitaire et journaliste ” La jeunesse face à l’héritage de Senghor ” Bernard Lecherbonnier, universitaire et essayiste, donnait la parole aux différents intervenants, en qualité de Président de séance et modérateur. Pierre Schapira, Adjoint au Maire de Paris, chargé des relations internationales et de la francophonie, député au Parlement européen, ouvre la séance. Au nom du Maire de Paris, Bertrand Delanoë, retenu par un congrès à Ro...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire