Sortilèges en pays mandingue

La Rencontre internationale des chasseurs d’Afrique de l’Ouest a rassemblé à Bamako du 27 au 29 mai 2005 plus de 500 chasseurs venus des différentes régions du Mali, du Burkina Faso et du Niger. Des chercheurs de Côte d’Ivoire, de Gambie, de Russie ou de France ont aussi échangé sur le savoir et le savoir-faire de cette confrérie très ancienne dont l’évolution fascine tout autant qu’elle inquiète. Reportage.

Nuage de sable bistre sur Bamako. Passé le pont sur le Niger, les flamboyants se détachent du ciel bleu pâle. Dans la grande salle du Palais de la Culture, manches de koras et de fusils dépassent des fauteuils et côtoient des chapeaux aux formes hétéroclites. Un parterre de donso (chasseurs) écoute ce matin-là Fodé Moussa Sidibé, l’organisateur de la rencontre, remercier de leur présence les enfants de Sanènè et Kontron. Maîtres de la brousse, ces divinités ont transmis l’art de la chasse aux humains. La capitale malienne leur a offert une place dans le quartier de Niaréla à l’issue des premières rencontres en 1991. Elle abrite une statue symbolisant ces personnages mythiques et inséparables, assimilés tantôt à un couple tantôt à une mère et à son fils. “Dansoko ! Aniko !” lancent les donso. Bienvenue de la brousse ! Des coups de feu claquent au dehors puis des sifflets sur le chemin de la Galerie du Palais, cadre de “Portraits de chasseurs” où sont exposées des photos de Django Cissé ou Malick Sidibé. “Prenez le départ”. Une poignée de minibus se jette dans la circulation. La rou...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire