Speed dating politique – Round 3

Politique de la ville et laïcité

Print Friendly, PDF & Email

Le 26 février 2012, Afriscope et plusieurs acteurs de la diversité ont interrogé dans le cadre d’un « speed dating politique » les présidentiables ou leurs représentants. À l’ordre du jour : représentativité, laïcité, statistiques ethniques, immigration. Africultures reprend ces débats animés et publie les trois rounds de ce rendez-vous politique.
Au cours de ce troisième et dernier round George Pau-langevin, Esther Benbassa, Fadila Mehal, répondant aux questions de Farid Mebarki et Gilles Sokoudjou, ont présenté la position de leur parti respectif sur la politique de la ville et la laïcité.

Politique de la ville, la parole aux habitants !
Farid Mebarki, président de l’association des médias de quartiers « Presse & Cité » : Comment la politique de la Ville, qui concerne les quartiers populaires, peut-elle se rapprocher de leurs habitants ?
George Pau-Langevin, députée du PS et membre de l’équipe de campagne de François Hollande : « Ces quartiers sont sous-équipés et sous-considérés. Il faut donc rattraper la donne pour simplement parvenir à l’égalité, surtout en termes de logement et d’emploi. Toutefois, comment mettre cela en oeuvre alors que l’ACSE (Agence pour la cohésion sociale et l’égalité des chances) n’est plus habilitée à lutter contre les discriminations et que la Halde a disparu au profit du Défenseur des droits, moins indépendant ? Ce qui manque aujourd’hui, c’est de la volonté politique. »
Esther Benbassa, sénatrice d’Europe-Écologie-les Verts : « Nous voulons faire de l’égalité une réalité. » Au-delà du slogan, Esther Benbassa propose des mesures concrètes, notamment contre les contrôles d’identité au faciès, souvent abusifs. « En novembre 2011, j’ai déposé une proposition de loi pour instaurer un récépissé lors de chaque contrôle d’identité. » Autre idée : fonder un’parlement des banlieues’. En contact avec les conseils municipaux, il instaurerait un processus de décision plus démocratique sur les politiques menées dans les quartiers populaires. « Sur la question scolaire, Esther Benbassa suggère d’initier des jumelages entre écoles de banlieue et de centre-ville, une éducation populaire pour les parents et davantage de bourses au mérite.
Fadila Mehal, responsable Intégration, égalité des chances et lutte contre les discriminations au Modem : « Cela fait 25 ans que la Gauche et la Droite mènent des politiques de la Ville, qui concernent 750 quartiers en France et 600 millions d’euros. Pourtant la fracture sociale, territoriale, ethnique, religieuse se creuse.
 » Les dispositifs s’empilent, les inégalités s’accroissent. « Dans ces quartiers, il faut, désormais, que les ministères investissent dans la sécurité et la justice. » C’était bien l’idée de Fadela Amara, Secrétaire d’état à la politique de la ville jusqu’en 2010, « mais elle est restée dans la communication sans assez consulter les habitants ».

Ville & Banlieue donne de la voix
Le 8 mars 2012, l’association Ville & banlieue rassemblant 120 maires, a publié 120 propositions, destinées aux présidentiables, en faveur des habitants des quartiers populaires.
Plus d’info : [ville-et-banlieue.org]
Laïcité, jusqu’à l’intolérance ?
Gilles Sokoudjou, président des Indivisibles, association de lutte contre le racisme : Comment défendre la laïcité ? En interdisant le port de signes religieux, même à domicile, ou en défendant le droit à une certaine pratique de la religion ? Que penser de la loi, dite « des nounous voilées »(1)
Fadila Mehal, responsable Intégration, égalité des chances et lutte contre les discriminations au Modem : « La laïcité est utilisée pour construire des boucs émissaires, des ennemis intérieurs. Mettre en avant ce qui nous différencie, plutôt que nos convergences. » Pour elle, la défense de la laïcité devrait plutôt mener à une lutte pour l’égalité de traitement de toutes les religions, en se posant par exemple la question des carrés musulmans dans les cimetières (2).
Esther Benbassa, sénatrice d’Europe-Écologie-les Verts : Elle se souvient du passage de la loi au Sénat, sur proposition de Françoise Laborde, sénatrice du Parti radical de gauche. « Ce soir-là, à 23 h 40, nous n’étions que deux à voter contre. L’article 3 de cette loi oblige les assistantes maternelles à déclarer leur neutralité religieuse dans le contrat de travail. C’est totalement interdit en France ! » Elle ironise : « Qu’est-ce qui est religieux ? Le voile, les boulettes dans la cuisine, la photo de la Mecque au mur ? En 1905, la laïcité signifiait le respect de toutes les religions, pas l’exclusion des unes par rapport aux autres. Cette loi relève plus de l’islamophobie que de la laïcité ».
George Pau-Langevin, députée du PS et membre de l’équipe de campagne de François Hollande : « Le parti socialiste a laissé passer la loi au Sénat, certes, mais le scénario ne se reproduira pas à l’Assemblée. Dans les écoles et même les crèches publiques, je soutiens l’interdiction de signes religieux. En revanche, il est absurde d’imposer aux gens d’être neutres chez eux. » François Hollande propose d’inscrire la laïcité dans l’article 1 de la Constitution. Pour George Pau-Langevin, les polémiques autour du voile viennent substituer un prisme religieux au prisme social sur la réalité. « Chacun a sa religion, son background. La montée des affichages religieux ne me semble pas utile. »

« Mamans toutes égales »
Le 17 mars 2012, le collectif « Mamans toutes égales », formé en soutien aux mamans de confession musulmane, a appelé à une manifestation lors de la journée de mobilisation anticoloniale et antiraciste, organisée par l’association Sortir du colonialisme, à 14 heures, à partir du métro Barbès (Paris 18e).

1. Votée par le Sénat le 17 janvier dernier, celle-ci vise « à étendre l’obligation de neutralité des professionnels de la petite enfance » aux structures privées et aux assistants maternels. ?
2. À lire dans le numéro 24 d’Afriscope.
Cet article est extrait du dossier spécial « Speed dating politique » paru dans le magazine Afriscope n° 25 du 15 mars 2012.///Article N° : 10694

  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
De gauche à droite : Esther Benbassa, Fadila Méhal, George Pau-Langevin,Gilles Sokoudjou, Farid Mebarki. © Noémie Coppin




Laisser un commentaire