The Chronic : île était une fois

Lire hors-ligne :

Sur la musique, intitulée Le Chant d’un pauvre du maître de la flûte des Mornes Max Cilla, Marc Alexandre Oho Bambe déclame ses mots poétiques.
Les deux artistes seront sur scène le 11 janvier prochain pour une rencontre Afrique-Antilles à Paris.

« Je t’ai nommée Terre blessée, dont la fêlure n’est gouvernable, et t’ai vêtue de mélopées dessouchées des recoins d’hier … »

île était une fois la Martinique
Rocher de Césaire Laminaire,
Pays rêvé, pays réel de Glissant l’insulaire
Explorateur du Tout-Monde
île était une fois le pouvoir de l’imaginaire
De poètes universels qui allumèrent
Depuis leur foyer
Des boucans d’espérance
Pour la terre entière.

Chaque matin mutin
Je lave mon visage
Dans le Cahier
Et je vois se lever
Le soleil de la conscience
Le sens de la dissidence
La naissance
De la parole
De l’homme
Dont la bouche fut
La bouche
Des malheurs qui n’ont point de bouche

Les mots sont boussole et me guident
Des flancs de la montagne Pelée, au nord
Jusqu’aux rivages caraïbes du sud
Je traverse d’un pas sage
Le paysage natal
Du nègre fondamental
Les mots sont boussole et me guident
Vers Le Passage du milieu
Et l’azur
Que l’on trouve
Dans certains regards
Humains
Qui semblent dirent :
Je est un autre
A nos yeux
Fulgurance rimbaldienne
Ubuntu
Je suis parce que vous êtes

Méditation africaine

Les mots sont boussole et me guident
Sur des chemins de transe
Et de mémoire
Cap 110 en direction du Golfe de Guinée
Dans le souvenir d’Edouard
Sourire Diamant
Mon cœur a fait naufrage
A Anse Cafard

Il était une fois la Martinique
Ou la possibilité d’une île
Veilleuse
Belle
Rebelle
Fraternelle
Comme une ville
Vénéneuse
Du tiers-monde libre

De mes mains en fleurs
Généreuses
Je sculpte en silence
Des flûtes de promesse
Dans le sourire de ma terre
En hommage à Fanon
Guerrier-silex
Né Martiniquais
Mort Algérien
Qui ne cherchait rien
D’autre en l’homme
Que l’homme

Les mots sont boussole et me guident

Sur la route parsemée de doutes
J’entends Le chant d’un pauvre
Si je suis jedi
Max est un maître
Et ses notes m’envolent
Vers mes rêves insomniaques
Et fragiles
De noctambule
Somnambule
Funambule
Sur le fil

île

île était une fois
La Martinique magique
Prophétique
Poétique
Ses dames soleils levant
Suzanne, Euzhan
Et ses filles et ses fils du vent
Sœurs et frères Volcans
Enfants de l’instant
Qui m’ont ouvert
Les bras
Grand
Le cœur
M’offrant
D’être des leurs

Marc Alexandre OHO BAMBE
Dédié à ma Slama de Fort-de-France
Et au peuple de ce petit peyi que j’aime
Comme le mien
WONLOV !!!///Article N° : 11980

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
© Brigitte Costa Léardée




Laisser un commentaire