« Une déviation vers un certain occidentalisme »

Entretien de Virginie Andriamirado avec Marie Laure Croiziers de Lacvivier

Print Friendly, PDF & Email

Marie Laure Croiziers de Lacvivier est franco-sénégalaise, entrepreneur d’art et fervente collectionneuse d’art contemporain. Elle œuvre depuis vingt ans au rayonnement des arts plastiques et notamment à ceux issus du continent africain.

Vous qui avez participé à toutes les Biennales, comment avez vous vécu l’édition 2000 ?
C’est une Biennale qui n’était pas joyeuse alors qu’elle est censée être la fête des artistes. Par rapport aux Biennales précédentes, notamment celles de 92 et de 96 qui étaient merveilleuses d’explosion et de dynamisme, l’ambiance était morose. J’ai le sentiment qu’il y a une déviation vers un certain occidentalisme, voire un parisianisme de très mauvais goût. Les choses m’ont paru compassées, je n’ai pas senti de courant porteur. Les bonnes surprises provenaient surtout d’initiatives privées. C’est la partie « off » de la biennale qui était porteuse. La plupart des artistes de talent, comme Souleymane Keïta, étaient dans les galeries privées.
Qu’a t-il manqué à cette Biennale ?
La Biennale de Dakar, qui a déjà le mérite d’exister, devrait s’ouvrir au marché international. Je trouve dommage qu’elle soit une biennale « Sud/Sud » : on se retrouve dans une espèce de ghetto alors que beaucoup d’artistes vivant sur le continent ont envie de rencontrer des artistes européens. Il faudrait qu’il y ait cette liberté de rencontres qui donnerait une autre dimension à la Biennale. De plus, je déplore l’absence des artistes qui ne sont pas assez impliqués : ils sont de moins en moins présents. On ne leur donne pas assez la parole, ils devraient être invités à intervenir dans les tables rondes. On écoute beaucoup les institutionnels, mais pas assez les artistes.
Le changement de situation politique a-t-il eu des conséquences sur la Biennale ?
A chaque changement politique, on se retrouve devant une nouvelle identité culturelle qui n’a pas forcément les mêmes positions que l’autre, il n’y a pas de fil conducteur. On se rend compte à quel point le culturel dépend décidément du politique ! J’espère qu’avec le nouveau gouvernement, il va y avoir des changements . Il faudrait régénérer l’Ecole des arts, nous restituer notre Musée dynamique ; depuis sa fermeture il y a presque vingt ans, le public n’a plus aucune référence.
Les Dakarois se sentent-ils concernés par la Biennale ?
Encore faudrait-il qu’ils soient d’une part informés et d’autre part impliqués dans la manifestation. Les initiatives en seraient multipliées. Pourquoi ne pas avoir pris à témoins les murs de la ville ? Il y avait des choses intéressantes à montrer. Il y a des jeunes qui s’expriment. L’art c’est ça ! En Afrique, c’est un art de situation, pas un art de salon. Tout est dans le quotidien, les attitudes. Si on conditionne l’artiste , il va faire « à la manière de ». On va en faire un art circonstancié alors que c’est un art vécu de l’intérieur.
Quelles sont les œuvres qui vous ont particulièrement marquée ?
Les sculptures de N’Dary Lô, qui crée de magnifiques personnages longilignes à partir de bouts de ficelles et de fils de fer. J’ai également beaucoup aimé l’installation de Viyé Diba. Il a travaillé sur la dynamique des 5 sens en faisant participer le public. Il y avait tout un aspect un peu ritualiste à travers l’utilisation des mythes africains et l’intégration d’éléments totémiques qui était très intéressant.
Que pensez vous de l’œuvre primée et de la controverse qui l’a accompagnée ?
C’est un très beau travail. Je suis enchantée que ce soit une femme qui ait été couronnée, quand on voit les conditions dans lesquelles ces femmes créent. Dans le off, j’ai vu beaucoup de femmes sénégalaises qui travaillent dans des conditions difficiles avec cette volonté de faire avec les moyens du bord.
Quant à la controverse, quelle controverse ? Le jury occidental était certes tout à fait acquis à cette forme d’expression. Ce qu’il faut retenir, c’est que la lauréate est une artiste africaine qui décide de vivre sa réalité d’artiste : pourquoi serait elle condamnée à créer « africain »? Ça veut dire quoi ? L’artiste est libre : est-ce qu’on peut imposer quoique ce soit à un Barceló qui va créer au Mali ? Il a le droit d’être inspiré de la réalité du pays. Il faut absolument laisser à l’artiste cet espace de liberté.

///Article N° : 1513

  • 2
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article
Ndary Lô (Sénégal), Nãanal Afric, ou Prière pour un meilleur devenir, 1999, métal soudé, plastique, tissus et os © DR





Laisser un commentaire