Une pluralité de voix

En octobre 2016, la journaliste indépendante Nadia Henni-Moulaï a sorti Voiles et préjugés. Un livre collectif qui s’inscrit dans la même démarche que MeltingBook, une plateforme média qu’elle a fondée et qui fournit des portraits de personnalités issues des minorités. Son but ? Chercher à fournir un récit alternatif à celui de l’information mainstream.

Aminata Aidara. La polyphonie du livre Voiles et préjugés reflète le concept du média MeltingBook dont vous êtes la fondatrice : l’envie de partir de voix singulières pour arriver à formuler un discours qui s’oppose au récit médiatique général.
Nadia Henni-Moulaï. Aujourd’hui, sur la thématique du voile, la plupart des journalistes vont vous dire : “On cherche des témoignages de femmes voilées”. Mais les femmes voilées n’existent pas que pour leur voile ! Elles peuvent être cadres, avoir fait des études, avoir d’autres choses à dire… Voiles et préjugés présente différents points de vue, différentes approches parfois discordantes et surtout pas forcément de femmes voilées. Les témoignages ponctuent des articles d’analyse.

Le féminisme musulman est-il un mouvement orienté, comme vous l’écrivez, vers une “lutte pour le statut interne de la femme musulmane” de la même manière qu’il se dresse contre une laïcité “excluante” qui s’oppose au port du voile ?
Effectivement, il y a un front interne et un front externe. Le front interne ne concerne pas les textes à proprement parler, il s’agit plutôt d’une lutte contre les réflexes patriarcaux machistes qui ne concernent pas que les musulmans. Du côté du front externe, la lutte consiste à “se faire reconnaitre”, même si les femmes qui se reconnaissent et se définissent “féministes musulmanes” n’attendent pas d’avoir l’autorisation des féministes “classiques” pour exister. Étant donné qu’en France, l’association des termes “féminisme” et “islam” n’est pas compréhensible, nous en sommes encore à devoir expliquer ce qu’est le féminisme musulman pour qu’il soit accepté comme une forme de féminisme à part entière. Il faut dire que dans le sillage de mai 1968, le féminisme qui a vu le jour est areligieux. L’introduction d’un féminisme porté par des femmes voilées vient tout bouleverser : il souligne les nuances du monde et montre que l’on peut ériger ses propres modèles.

Concernant MeltingBook, comment le site est-il animé ?

Au début, je faisais des portraits de personnalités issues des minorités, mais je ne savais pas trop où j’allais. Puis, je me suis rendue compte que cela pouvait devenir un projet plus ample. Aujourd’hui, on me contacte pour produire y des contenus. J’ai vraiment l’impression d’avoir suscité un souffle et contenté une attente !

____________________________________________________________________________________
MeltingBook késako ?
MeltingBook est un nouveau média générationnel, issu de l’association éponyme. Il propose un nouveau regard sur la société, affranchi du rythme effréné de l’actualité. MeltingBook édite désormais des publications dont le livre Voiles et préjugés. Espace de convergences aussi bien que de divergences, l’enjeu de ce site est celui d’enrichir le débat en donnant la visibilité aux minorités sans forcément prendre une direction politique précise.
www.meltingbook.com

///Article N° : 13847

Partager :

Laisser un commentaire