Vertige du pixel

Afriscope 45

Dernière création en date du chorégraphe Mourad Merzouki, Pixel suscite l’émerveillement. La danse et le cirque y sont mis au défi d’un espace indéfini suggéré par l’utilisation du numérique. En tournée en mars et en avril dans toute la France.

La quête infime du mouvement poursuivie par Mourad Merzouki depuis plus de 20 ans a trouvé un répit à travers un dialogue avec le pixel. Dans son dernier spectacle nommé selon ce point numérique aux possibilités infinies, le chorégraphe et directeur du Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne, confronte la danse au vertige spatial suscité par la vidéo. Près de 200 représentations ont rassemblé les foules dans une centaine de villes depuis la création du spectacle en 2014 par la compagnie Käfig. Chaque fois, l’émerveillement d’une salle comble est soulevé dans un salut final, de ceux qu’on réserve aux chefs d’oeuvre. Le succès de Pixel tient peut-être à sa capacité à inviter l’émotion de l’enfant, ce regard concentré sur un étonnement visuel de chaque instant. C’est que la danse hip-hop et les arts du cirque croisent ici le corps numérique dans un mouvement constant. Projetées de toutes parts d’une scène libérée de son cadre, des images de pixels, dérivés en points, en lignes, en cercles et en ondes, suivent la fougue de 11 danseurs. Durant un tiers de la chorégraphie, Adrien Mondot, co-concepteur du spectacle, projette en direct les scènes numériques en fonction des jeux sur piste, alors que les autres séquences sont enregistrées en amont, obligeant les artistes à répondre au numérique avec une concentration et une précision infimes.
« Nous imaginons des environnements numériques et d’images qui sont comme des partenaires de jeux sur le plateau« , explique Claire Bardainne. Elle forme avec Adrien Mondot la compagnie Adrien M/ Claire B qui a conceptualisé le spectacle avec Mourad Merzouki. Fasciné, le chorégraphe s’est confronté dès leur première rencontre à sapropre sensation de ne plus savoir distinguer la réalité du monde virtuel. Une collaboration est alors née, assouvissant à point nommé la soif d’expérimentation chorégraphique de cette figure du hip-hop depuis les années 1990. Son engagement à décloisonner les regards sur le mouvement en y greffant d’autres arts s’est notamment déployé à travers le festival Kalypso, crée en 2013, et trouve un nouveau souffle avec Pixel.

Danse, cirque, numérique
Dans une esthétique préservée des arts de la piste, l’énergie du hip-hop croise les acrobaties d’artistes de la compagnie formés aux arts du cirque. Ainsi, ce passage lumineux où la séduction amoureuse s’exprime sens dessus dessous, à travers des corps à corps poétiques entre une contorsionniste et son compagnon. La présence d’une roue Cyr rappelle aussi ce registre circassien, en dialogue avec la tension du hip-hop, avec sa vivacité, avec son rapport à la rue aussi, que suggère un danseur en rollers. Le tout dans une tension produite par la musique percussive du compositeur Armand Amar. Les pixels sont tantôt des contraintes, s’habillant en pluie diluvienne, à contre courant de laquelle un danseur avance courbé sous son parapluie. Tantôt le dessin numérique est une onde et se laisse sculpter par les corps, assumant son rôle de jeu par lequel le mouvement du danseur le questionne. Souvent, la vidéo renverse notre regard convenu sur l’espace, alors démultiplié lorsqu’une façade entière de points virtuels semble s’écrouler sous nos yeux, sur les danseurs. Lorsqu’un volume aussi, forme et déforme la surface lisse de la scène, défiant la gravité. Une preuve par l’émerveillement que la danse s’affranchit bien des frontières chorégraphiques, approchant ici une impression de 7ème art. La promesse de Merzouki de toujours se laisser déstabiliser par des espaces inconnus pour créer, est ainsi joliment accomplie à travers l’innovation de Pixel.

Pixel en tournée en mars et avril dans toute la France. En région parisienne, les 4 et 5 avril à Reuil-Malmaison, le 12 avril à Courbevoie.
Toutes les dates sur : www.ccncreteil.com///Article N° : 13497

Partager :

Laisser un commentaire