« Vous les Kabyles, c’est pas pareil. »

Print Friendly, PDF & Email

« – Vous les Kabyles, c’est pas pareil. » Toute ma vie, j’ai entendu cette phrase. Une phrase tronquée qui cache sa moitié raciste : « – Vous les Kabyles, c’est pas pareil que les Arabes ».  Nous, les Kabyles pas pareils et notre respectabilité 100% pur porc, 100% laïque, 100% intégrée. Nous, les Kabyles pas pareils, on n’est pas tous pareils. Chronique.

 

White passing 

Quand j’étais petite, les adultes félicitaient souvent mes parents : « – Quelle jolie petite fille ! » Et ils ajoutaient : « – Qu’est-ce que vous êtes beaux, les Kabyles ! » Moi, je ne savais rien de la beauté, on n’en parlait pas à la maison. Sauf quand on allait au centre commercial Rosny 2 à Rosny-sous-Bois. Mon père aimait m’offrir des robes de princesse, il me trouvait jolie habillée comme ça. Mais sans robe de princesse, je n’avais rien de remarquable. Si ce n’est une peau bien plus blanche que les enfants de mon quartier. Et de très longs cheveux défrisés soigneusement chaque matin par ma mère et son sèche-cheveux Babyliss 1500 watts. Et chaque matin, la même plainte : « – Aïe, j’ai mal ! C’est à cause de l’Algérie ! » À cause de l’Algérie, j’avais des cheveux frisés si laids qu’il me fallait donc un brushing dès l’âge de 6 ans.

Bref, dans mon quartier, plus on était blanc, plus on était beau. Un quartier peuplé d’anciens colonisés, qui avaient tous intériorisé la hiérarchie coloriste des colons. Moi, je devinais que ma peau blanche me donnerait des privilèges. Parce que la colonisation, celle des esprits, n’était pas achevée.

 

Le cul entre deux chaises

Ma grand-mère avait elle aussi la peau très blanche. Ça lui a surtout servi à mourir. En pleine Guerre d’Algérie, elle rejoint les rangs du FLN et devient agent de liaison. En gros, elle transporte des couffins – avec des lettres, des armes et des bombes, j’imagine – et sa peau blanche lui permet d’aller à sa guise de wilaya en wilaya, sans attirer l’attention aux barrages. Torturée pendant deux ans, elle est fusillée par l’armée française à l’âge de 36 ans. Moi, j’ai le cul entre deux chaises. La couleur d’une moudjahida, et celle d’un colon.

Mon père était un indépendantiste, fan du FLNC, du FLNKS et de l’ETA. Il militait pour la création d’une République autonome de Kabylie. Et son argument principal, c’était l’opposition irréconciliable entre notre africanité et leur arabité. Le cul entre deux chaises, les Kabyles et les Arabes. Fier de l’antériorité de la civilisation amazighe, mon père nous enseignait : « – Comme les peuples noirs, nous sommes les vrais Africains, issus de grandes civilisations précoloniales. Nous étions là les premiers. » Une grande civilisation, certes, mais esclavagiste aussi, oubliait-il de préciser. Esclavagiste, comme les Arabes. Comme des Africains blancs, en somme.

 

Beurette respectable

Un jour, un garçon blanc m’a demandé : « – Mais comment tu expliques qu’à chaque fois que je rencontre un Kabyle, il a fait Sciences Po, HEC ou une thèse ? Vous les Kabyles, c’est pas pareil ! » Un tel éloge de notre supposée respectabilité aurait dû me flatter. Mais je savais que la phrase « – Vous les Kabyles, c’est pas pareil », c’est juste le début d’une suite. Une suite raciste. Ainsi, le garçon blanc s’est très vite emballé : « – C’est fou tu fais pas du tout beurette, tu ressembles à une Brésilienne ! Ce qui est bien avec vous les beurettes, c’est que vous avez des corps de noires, mais avec la peau blanche ! » Le cul entre un négrophobe et PornHub, donc.

Le négrophobe amateur de PornHub fait partie de ces blancs qui savent tout du Kabyle roux aux yeux verts et chrétien, de la mafia des cafés parisiens, des maquisards, de l’amazighité, des banquets laïcs, de Zinedine Zidane. Piégés dans leurs mythologies, ces blancs verront simplement en nous un Arabe assimilé, exotique ou blanc, l’Arabe de la phrase « – Je ne suis pas raciste, j’ai un ami arabe. » Cet ami arabe, c’est nous, ces « Kabyles pas pareils ». Et cette amitié, on s’en passerait bien.

 Célia Sadai

 

  • 95
  •  
  •  
  •  

Plus d'informations

4 commentaires

  1. Tout les peuple sont victimes de préjugés pas seulement les kabyles, après chacun y porte son jugement, sont il fondé ou pas, plaisent ou pas,
    Mais y voir du racisme est sans doute exagéré

  2. Indie Reubeue le

    Bonjour, Merci pour votre commentaire! Il ne s’agit pas précisément de racisme quand on dit que les Kabyles ne sont pas pareils. C’est plutôt une instrumentalisation de la communauté kabyle – blanche – pour exprimer un racisme anti-arabes.

  3. Madame, que vous le vouliez ou non dans chaque pays il y a des «  marquages » dans lesquels n’y cherchez surtout pas ce que tout le s’amuse a manipuler stupidement, le racisme, les kabyles souvent très estimés sont des gens attachants, …. origines…. duretés du climat … etc le fait est là, caractère, loyauté, et bien des qualités que l’on relève SANS IDÉE de condamner d’autres pleuples, là est le problème, français d’origine vosgienne on ne les compare pas aux béarnais…. dureté de la vie, du climat, mélange de populations datant de …. allez chercher, mais ne placez pas cela sur ce terrain stupide, oui j’apprécie les kabyles….hautement, cela me regarde, et je l’ai été par eux mêmes. J’ai beaucoup voyagé et oui, les peuples sont différents, il faut l’acceptér sans, je le répète, condamner, ce qui fausserait tout jugement. Pour vous servir

  4. Bogard Gilbert le

    J’ajoute que l’on ne juge pas un être sur sa couleur de peau, ce qui est actuellement employé par des imbéciles de bas niveau, mais sur sa valeur propre valeur, derrière les évènements du moment il y a des manipulation lamentables dans lesquelles tombent facilement de nombreux peuples exploite.moi je suis raciste j’aime pas les blancs….. je plaisant

Laisser un commentaire