Fiche Personne
Musique Théâtre Cinéma/TV Danse

Margot Benacerraf

Réalisateur/trice, Producteur/trice, Scénariste
Venezuela

Français

Margot Benacerraf est née à Caracas, Vénézuéla. Souhaitant principalement devenir un écrivain, elle a étudié la philosophie et la littérature à l’Université Centrale. En 1947, elle remporte le Pan-American Award (la récompense Pan-Américaine) pour un essai et l’année suivante elle écrit une pièce de théâtre qui remporte une récompense co-sponsorisée par L’Université de Columbia. Le prix comprenait l’opportunité de venir à New York pour étudier l’écriture théâtrale. De là, Benacerraf découvre le cinéma en participant comme actrice à un film étudiant. Captivée par ce médium, elle voyage en France en 1950 pour étudier à l’IDHEC – Institut des Hautes Etudes Cinématographiques de Paris – afin de produire des films en Europe.
Mais en novembre 1951, elle interrompt ses cours pour créer son premier film « Reverón », une étude poétique sur l’excentrique et légendaire artiste vénézuélien. Le court-métrage de 30 minutes lui vaut une reconnaissance internationale au Festival de Berlin
en 1953. Au festival, Benacerraf rencontre l’historien Lotte Eisner, qui restera un ami durant toute sa vie. Plus tard Eisner lui présente Henri Langlois, le génie à l’origine de la Cinémathèque Française, et qui jouera un rôle majeur dans la vie et la carrière de Margot Benacerraf.

Cela prendra plusieurs années et quelques faux départs avant qu’elle se décide à réaliser un film en trois parties sur les régions sud, central et nord de son Vénézuéla natal. En recherchant sur le nord aride, Benacerraf tombe amoureuse de la région et des gens d’Araya et décide d’en faire le sujet de son premier long métrage. En 1958, après avoir longuement consulté les documents d’archives à Séville et Madrid, elle commence à filmer ce qui donnera le film ARAYA
(Venezuela / France, 1959, Restauré Digital. 90 min).

English

Benacerraf was born in Caracas, Venezuela. Primarily interested in becoming a writer, she studied Philosophy and Literature at the Central University. In 1947, she won the Pan-American Award for an essay and by the next year, she wrote a play that won an award co sponsored by Columbia University. Part of her prize was the opportunity to come to New York to study writing for the theater. There, Benacerraf discovered cinema when she appeared as an actress in a student film. Captivated by the medium, she traveled to France in 1950 to study at IDHEC – the Institut des Hautes Etudes Cinematographiques in Paris – so that she could produce films in Europe.
But in November 1951, she interrupted her classwork to create her first film, « Reverón », a poetic study of the legendary and eccentric Venezuelan artist. The 30-minute short gained international acclaim when it premiered at the 1953 Berlin Film Festival. At the festival, Benacerraf met pioneer historian Lotte Eisner, who became a lifelong friend. Eisner later introduced her to Henri Langlois, the genius behind the Cinematheque Française, who played a major role in Benacerraf’s life and career.

It took several years and a few false starts before she decided to make a three-part film of the south, central and north regions of her native Venezuela. On investigating the arid north, however, Benacerraf fell in love with the region and people of Araya and decided to focus her first feature there. In 1958, after an exhaustive consultation of the historical documents at the Seville and Madrid archives, she started shooting her film, ARAYA (Venezuela / France, 1959. Restored digital. 90 min).

Source:
www.stbarthff.org/2010/the_films.html
Partager :