33e Salon du livre de Paris (deuxième partie) : l’Oiseau Indigo prend son envol

Le Salon du livre de Paris, longtemps considéré comme l’immense vitrine commerciale de l’édition française, offre désormais aux éditeurs africains une opportunité de rencontrer de nouveaux espaces de diffusion. C’est aussi pour ces derniers une occasion de créer des liens avec des professionnels conscients de l’immense enjeu culturel et économique que constitue le développement du livre africain. Encore faut-il que ces éditeurs puissent se saisir des questions relatives à la diffusion et avoir la volonté d’y répondre professionnellement. C’est notamment le cas des maisons d’édition qui ont choisi L’Oiseau Indigo pour diffuser leurs ouvrages au Nord. Dans notre précédent article, nous avons vu que la conjoncture de l’édition africaine au 33e Salon du livre était à l’affirmation d’un dialogue interprofessionnel ; une évolution qui accompagne l’émergence d’une génération d’auteurs encore inconnus des librairies en France…

Les années 2000 marquent un tournant décisif dans la réflexion que mènent opérateurs culturels et chercheurs pour la promotion et la diffusion du livre africain ; des domaines professionnels quasiment inexistants en France jusque-là. (1) Malgré un contexte économique encore difficile pour les éditeurs du continent, on observe, une décennie plus tard avec quelle ampleur certaines associations professionnelles se sont manifestées et ont contribué à révéler l’originalité de cette production éditoriale. Grâce à l’évolution des outils de communication, ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Les images de l'article
Le stand de L'Oiseau indigo au Salon du livre
© Raphaël Thierry
L'équipe de L'Oiseau indigo sur son stand au Salon du livre de Paris 2013


© L'Oiseau indigo
© L'Oiseau indigo
© L'Oiseau indigo
Partager :

Laisser un commentaire