Africajarc fête ses dix ans

Print Friendly, PDF & Email

Il existe en Europe peu de festivals entièrement dédiés aux cultures africaines. Celui de Cajarc se distingue par la beauté de son site et la singularité de son projet, que résume son nom en forme d’acronyme : « Africajarc », c’est la rencontre courageuse, durable et réussie, entre un village gaulois et le continent africain. Bon anniversaire !

En temps normal, Cajarc compte à peine plus de mille habitants. Depuis dix ans, le dernier week-end de juillet est le seul moment de l’année où plus de vingt mille personnes s’y bousculent, pour assister à « Africajarc ». Il est vrai que la région, la vallée du Lot est l’une des plus belles de France, avec ses merveilles médiévales et naturelles. Figeac, patrie de Champollion, vient d’inaugurer un musée important, sans doute le seul de la planète consacré aux « écritures du monde » ; non loin, le site vertigineux de Saint-Cirq-Lapopie reste hanté par le fantôme d’André Breton. Ce village fut son dernier « amour fou ».
Quant à Cajarc, le nom de cette commune serait resté dans l’ombre s’il n’était devenu un secret d’État vite éventé quand Pompidou en fit son lieu de vacances, et si Coluche n’en avait fait ensuite le berceau de son héros Papy Mougeot, archétype du « français moyen inférieur ».
De cette époque Cajarc a hérité d’un Musée Georges Pompidou qui sans être comparable à celui de Beaubourg, fait preuve d’audace en organisant cet été le projet « Boomerang » : il s’agit entre autres choses, pour simplifier, d’un échange d’artistes contemporains avec ceux de la préhistoire, omniprésents dans les cavernes de la région…
Et l’Afrique, dans tout cela ?…
Le déclic est venu des enfants, d’un échange entre des écoles locales et d’autres du Burkina Faso, en 1997. L’année suivante, des dizaines de gosses du coin offrent aux gens de la région un spectacle de danses et de chants « africains ». L’idée d’un festival fait vite son chemin, et en 1999 Touré Kunda débarque pour inaugurer « Africajarc ».
Depuis, célèbres où inconnus, des dizaines d’artistes ont défilé sur cette scène aménagée en bas du pont qui enjambe le Lot. Mory Kanté et Youssou N’Dour en font partie, ainsi que Manu Dibango et Tiken Jah Fakoly – ces deux derniers parrainent ensemble cette 10° édition, ce qui pourrait être considéré en soi comme un événement.
Africajarc mérite certainement un détour par la vallée du Lot.
Ne vous fiez d’ailleurs pas aux clichés qui associent abusivement Cajarc au souvenir de Pompidou – le Président-fondateur de la « Françafrique » – car diverses associations militantes, y compris « Survie », font la promotion d’Africajarc et y sont présentes.
Africajarc semble avoir conservé le charme de son fonctionnement artisanal et convivial : une partie de la programmation s’y élabore au jour le jour. (1).
Les têtes d’affiche musicales sont nombreuses cette année : outre Manu et Tiken Jah, on y entendra le génial guitariste de rumba Papa Noël (Congo) ; le charismatique tambourinaire Boni Gnaoré (Côte d’Ivoire) et sa fille Dobet ; le luthiste malien Paul Sidibé ; l’ensemble néo-traditionnel Punta Negra (Congo) ; la jeune diva cap-verdienne Gabriela Mendes et le troubadour sénégalais Jean Racine…
Africajarc a évolué vers une approche pluridisciplinaire, et dans la journée on a le choix entre une dizaine de projections de films et plusieurs expositions de plasticiens, dont celles des peintres André Sanou (Burkina) et Eric Pina (Sénégal)…
Tandis que les rues du village sont envahies par les conteurs, danseurs, rappeurs et slameurs, un « Grin littéraire » égrène conférences et débats sur des sujets brûlants avec une quinzaine d’écrivains – entre autres Kangni Alem, Gaston Kelman, Jean-Luc Ramaharimana et Michèle Rakotoson.
Africajarc n’oublie pas en outre que ses enfants furent les initiateurs de ce festival : ils participent activement aux installations des artistes invités, ainsi qu’aux stages de danse, de percussion ou même de… massage de bébé !

1. 10 ème Festival Africajarc, à Cajarc (Lot) du 24 au 27/6.Programme détaillé et mis à jour sur www.africajarc.com///Article N° : 7967

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire