Argent et alcool : la dynamique complexe des cultures populaires et des changements économiques

Print Friendly, PDF & Email

Argent et alcool : la dynamique complexe des cultures populaires et des changements économiques

 » Argent et alcool : une complexe anamorphose de cultures antiques »

Ambinanindrano. Jamais entendu parler, n’est-ce pas ? Normal. Il n’y a ni plage, ni gisement de saphir par là-bas. Le plus civilisé d’entre vous le qualifierait de bled perdu et il n’aura pas tout à fait tort. Quoique… Argent, pluralismes, anamorphose : trois dimensions, une seule histoire. L’histoire d’une formidable et inimaginable entreprise commerciale qui a pris racine dans une société informelle, improvisée. Car, pour votre gouverne, Ambinanindrano est la plaque tournante du Toaka gasy, ce fameux, trop illicite mais recherché alcool de canne, sur les Hauts-Plateaux. Gros plan sur cette fable des temps modernes.

Ambinanindrano :  » Rencontre-De-Deux Sources « . Ce sont celles qui donnent naissance aux fleuves Mananjary et Sandrakandro sur les bords desquels prennent racines certaines des plus grandes traditions culturelles malgaches. Sur leurs versants forestiers se réfugient les Zafimaniry, les  » invisibles  » encenseurs du bois, et les Tanala,  » nomades  » de la forêt. Ce sont les populations qui ont gardé les éléments les plus antiques des cultures vivantes malgaches. Ici se côtoient Betsileo du Centre et Betsimisaraka de l’Est, parmi les ethnies les plus peuplées de Madagascar et berceaux de traditions monarchiques comme de migrations. Ambinanindrano est aussi une région stratégique des diverses conquêtes monarchiques, notamment la plus récente, celle du merina Radama I, qui a fait de Madagascar un Etat-nation. C’est dans la forêt qui la surplombe que le pilier central du Palais de la Reine d’Antananarivo a été rituellement prélevé du temps de sa mère Ranavalona I, puis une fois encore après le 6 novembre 1995 en vue de restaurer le Palais brûlé ce jour par incendie criminel. Le bourg lui-même date d’une concession coloniale (1896-1960), doublée d’un camp militaire. Et pourtant, Ambinanindrano en 2001 ressemble plus à la Source du Toaka Gasy.

Ambinanindrano, sis à quatre-vingt kilomètres à l’Est de la grande ville d’Ambositra, est presque enclavée. Les routes, réceptionnées pourtant pendant la dernière présidentielle de 2001, sont exécrables et il n’est pas conseillé de s’y aventurer pendant la période des pluies. A première vue en 2002, c’est un petit village insalubre, miséreux. Partout, on voit de vertes collines couvertes d’une forêt à demi-dense.

///Article N° : 2982

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire