Bakwa Books Festival : festival littéraire en ligne

Print Friendly, PDF & Email

Entre ce vendredi 15 et mardi 19 mai, Bakwa Books propose un festival de littérature en ligne sur Instagram (@BakwaBooks), consacré aux littératures et à l’édition camerounaises. Parmi les invités : Hemley Boum, Max Lobe, Dibusi Tande, Florian Ngimbis, Mutt-Lon, Babila Mutia, Clémentine Ewokolo Burnley, Ejob Nathanael Ejob, Agogho Franklin et Djhamidi Bond . Rencontre avec Dzekashu Macviban, rédacteur en chef fondateur de Bakwa.

Vous avez créé Bakwa en 2011, pouvez-vous nous présenter Bakwa Books depuis sa création ?

Bakwa a été créé en 2011 sous le nom de Bakwa Magazine, avec l’intention de combler le vide qui existait en matière de plateformes où les écrivains camerounais pouvaient être publiés et lire leurs contemporains. Bakwa Magazine a évolué d’un format magazine uniquement en ligne à un magazine imprimé et multilingue.

Notre intérêt constant pour la résolution des problèmes et le contournement des structures monolithiques existantes a conduit à plusieurs autres projets dérivés en plus de Bakwa Magazine, notamment Bakwa Books et BakwaCast, qui sont notre façon de perturber le statu quo existant. Bakwa Books est une librairie pop-up et une maison d’édition indépendante qui publie des fictions littéraires, des ouvrages de création et de traduction. Le désir de diffuser la vision de Bakwa Magazine, ainsi que l’absence de canaux d’édition locaux innovants au Cameroun, ont rendu nécessaire la création de Bakwa Books. Cette initiative est née de la nécessité de valoriser des histoires camerounaises contemporaines uniques, de publier des livres écrits par des Camerounais et de rendre ces livres disponibles au Cameroun et à l’étranger. Les défis et les contraintes liés à la gestion d’une librairie physique nous ont amenés à adopter un format plus expérimental de vente et de distribution de livres, la librairie pop-up. Cette approche modulable nous permet de tirer parti des réseaux existants (tant au Cameroun qu’à l’étranger) dans notre approche de la vente et de la distribution de livres.

Ce festival, lancé ce 15 mai, ouvre dites-vous une série de festivités dans le cadre de les 10 ans de Bakwa en 2021.   Il s’agit d’ un festival de littérature en ligne depuis le Cameroun,  » en ces temps tristes et troublants « . Quel est l’état des lieux du secteur culturel au Cameroun dans ce contexte ? et en particulier pour le milieu littéraire ? Et quel est l’impact pour Bakwa Books ?  

Le secteur culturel ne dispose pas des infrastructures nécessaires à sa croissance et à sa survie. L’édition au Cameroun est très monolithique et chaotique; pour paraphraser Ambroise Kom, il y a des imprimeurs au Cameroun et non des « maisons d’édition ». Il y a tant à faire pour construire le secteur de l’édition au Cameroun. Tout le monde a un rôle à jouer : les éditeurs doivent accorder plus d’attention aux livres et les traiter comme des œuvres d’art, avec une édition appropriée et un marketing solide ; les journaux et les magazines doivent consacrer plus d’espace aux livres ; les écrivains et les éditeurs doivent comprendre comment utiliser les médias sociaux ; les écrivains et les éditeurs doivent aller vers le public ; les parents doivent initier les enfants aux livres dès leur plus jeune âge. Cependant, plutôt que de se plaindre de ces défis à relever, notre approche à Bakwa est de contourner les structures existantes et de forger notre propre chemin, en construisant des alliances avec des individus et des institutions partageant les mêmes idées, ainsi qu’en étudiant et en recherchant les modèles opérationnels et les structures d’organisations similaires.

Que permet selon vous un festival de littérature en ligne ?

Il ne nécessite pas le type de logistique, de planification et de financement qu’il faut pour organiser un festival physique. A l’heure actuelle, c’est un moyen efficace de réunir les parties intéressées et les pairs afin de maintenir des conversations sur l’état et, potentiellement, sur l’avenir de nos écrits et de nos publications.

Ce festival de littérature en ligne se passera sur Instagram avec une dizaine d’écrivains. Pouvez-vous nous parler du choix des écrivains ? Sont notamment conviés Hemley Boum, Max Lobe, Dibusi Tande, Florian Ngimbis, Mutt-Lon, Babila Mutia, Clémentine Ewokolo Burnley, Ejob Nathanael Ejob, Agogho Franklin et Djhamidi Bond 

Le choix de nos invités se situe à l’intersection entre un état des lieux de l’édition, et la présentation des écrivains camerounais à travers les générations, les lieux (certains sont basés au Cameroun et d’autres dans la diaspora), et les langues (les langues d’écriture les plus courantes au Cameroun sont l’anglais et le français, mais ces communautés linguistiques ont souvent évolué dans une sorte d’ignorance les unes des autres). De nombreux écrivains camerounais sont peu connus dans les pays anglophones du monde entier et ce festival sert en quelque sorte de vitrine à l’écriture camerounaise.

Concrètement comment se déroule le festival ? Quelles sont les thématiques abordées avec les écrivains programmés ?

Le festival se déroulera tous les jours sur Instagram Live du 15 au 19 mai, principalement entre 11h et 16h. Les conversations avec les écrivains invités seront animées par des écrivains et des critiques et porteront sur ce que signifie être un écrivain en période de conflit et de pandémie mondiale, ainsi que sur les nouveaux livres et les livres à venir d’écrivains camerounais. Les sessions comprennent également des lectures d’extraits de livres et des questions du public.

Quel public souhaitez-vous toucher grâce à ce festival ?

En définitive, l’objectif est de mettre en lumière l’écriture camerounaise et les défis qui s’y rattachent. Nous nous adressons donc à tous les amoureux du livre et à l’industrie de l’édition. Mais nous espérons aussi toucher les jeunes, tant au Cameroun qu’à l’étranger, avec l’espoir de raviver l’intérêt des uns pour l’écriture camerounaise et d’attiser cet intérêt chez les autres.

Entretien avec Dzekashu Macviban, rédacteur en chef fondateur, Bakwa

  • 71
  • 10
  •  
  •  

Laisser un commentaire