Bamako Today

De Bamako Quintet

Print Friendly, PDF & Email

L’homme de radio Soro Solo, qui œuvre depuis des années sur France Inter avec l’émission L’Afrique enchantée, partage sur Africultures.com, quelques-unes de ses sélections musicales.

Qu’on se le dise, Bamako Today de Bamako Quintet est du 21°siècle. Le band est juste une réunion de cinq virtuoses. Ibrahima Sarr, le leader du Quintet, percussionniste hors pair, sculpte sa technique de « djébéfola » (joueur de djébé) depuis l’âge de quinze ans. Connu comme le loup blanc partout au Mali, il roule sa bosse sur les scènes du monde depuis pas de saisons avec ses compagnons d’aventure : Fassara Sacko au chant, Nfali Diakité au donzogoni (luth à 6 cordes), Abdoulaye Koné dit Kandjafa au djéli ngoni et le Français Aymeric Krol son complice du concept Bamako Quintet.
Les garçons osent des accouplements d’instruments qu’en ma connaissance, personne n’avait tentés avant eux. Le donzo ngoni (le luth de la confrérie des chasseurs), le djéli ngoni, celui des Djéli (les griots), les percus de Ibrahima Sarr et celles de Aymeric Krol ne sont pas censées se retrouver sur un même territoire. Bamako Quintet réussit leur croisement en douceur et embarque le mélomane sur les pistes d’un Mali séculaire.
Le titre Donsolu, haut en couleurs bluesy porté par les voix de Nfali Diakité et l’invité Piers Faccini, soutenu par le donzo ngoni et le karignan (tube métallique frotté) nous installe dans les rituels où l’on déclame la geste de la confrérie des chasseurs.
La guitare électrique de Julien Raulet (l’autre invité), volontairement dramatique introduit Sacred Bird, l’oiseau sacré, évoque le « duga » (le vautour). La voix habitée de Fassara Sacko surligne la profondeur du symbole de l’oiseau emblème de Da Monzo, empereur de Ségou de 1792 à 1808. Sous son règne l’on chantait l’oiseau sacré pour accueillir les guerriers revenant des batailles et annoncer aux familles les pertes de la guerre.
Comment ça ? égrène les symboles qu’incarnent selon les chasseurs, les différentes parties du gibier « …donnes moi la langue du gibier afin de porter une parole juste, …donnes moi son foi pour cultiver l’équité entre les hommes sur la terre, donnes moi son cœur afin que je sois intègre » etc.…
Au total, onze titres furieusement urbains taillés dans la pierre du socle mandingue dont l’essentiel des pépites sortent des fouilles du Moyen âge malien ou du royaume de Ségou.

Bamako Today, Buda Musique.
Sortie le 13 octobre 2014.///Article N° : 12482

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire