Bams : à mi-chemin entre rap et slam

Lire hors-ligne :

Artiste indépendante, Bams est à la fois auteure, compositrice et interprète. Retour tonitruant sur la scène musicale avec son 4e album : Dérèglement climatique.

On n’est pas dans le rap de Jay-Z, mais dans un rap qui s’affirme plutôt jazzy avec des sonorités rock & électro. Son blase vient de « Bamikélé » en référence à ses origines camerounaises. Loin d’être un stéréotype de plus dans ce paysage urbain, cet artiste aux allures de Nina Simone distille ses œuvres dans un univers glamour / vintage. L’ancienne championne de triple saut n’est pas à son premier coup d’essai. En 1999 elle sort son premier album Vivre ou Mourir, le second en 2005 De ce monde d’où jaillira la collaboration avec le fondateur du mythique groupe Wu Tang Clan : RZA. Elle revient en 2010 avec un troisième album intitulé On partira. Et voici depuis le 28 octobre dernier, l’accouchement du tout dernier : Dérèglement climatique.
Dérèglement climatique
L’album est boosté par un single : Changement de trajectoire, le morceau est une ode à la recherche de soi et semble être autobiographique. Bams nous entraîne dans un voyage initiatique teinté de métaphores empruntant aux animaux leurs bestialités pour se mouvoir dans un monde qui n’est pas fait pour elle : « engagée dans un terrain qui n’est pas fait pour moi…  » Dérèglement climatique est le fruit d’une artiste déversant un cri, un spleen sur toute forme d’intolérance et sur ce monde qui ne tourne pas rond. Elle l’illustre notamment avec des morceaux contestataires comme Qu’est-ce qui se passe ici ?, Ici, Hémisphère Nord, Chaque Jour Le Soleil. Bams se met également à nu dans l’album avec quelques titres introspectifs où elle se met en scène : Entrevoir, Changement de trajectoire, Porté Par Les Courants, Adieu. Dans cet album complet où l’on passe agréablement du coq à l’âne bercé par des sonorités aux antipodes. Rock, pop, électro, afro-beat, rythme oriental se bousculent tout le long de l’écoute de 11 titres. Il y a deux morceaux qui sortent du lot dans l’album ; Supa High et Radio Bams. Supa high est une musique munie d’une puissante instrumentale où la caisse claire chevauche un rythme oriental, qui donne de l’écho à des paroles percutantes. Radio Bams séduit quant à lui par son concept innovant : une radio qui brosse des portraits sociaux à travers le monde sur un afro-beat, accompagné de choristes et de l’excellent batteur Tony Allen de feu Féla Kuti. Subtiles paroles engagées, poésie, second degré, c’est la recette d’une artiste dans l’air du temps. Avec Dérèglement climatique, on plonge dans un rap à mi-chemin entre le slam et la chanson. Comme le dit si bien Bams, elle : « exécute en folie les figures de style… »

En concert
Bams sera en concert le 14 novembre à la Java (105 rue du Faubourg du Temple, 75 010 Paris) et le 7 novembre en Bretagne à Lannion (Les Valseuses, rue de la Coudraie 22 300 Lannion).
///Article N° : 12490

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire