La Marche se livre

Lire hors-ligne :

Si le cinéma se saisit de la marche pour l’égalité et contre le racisme, la production du livre n’est pas en reste. Qu’ils soient chercheurs, journalistes ou acteurs de ces luttes contre les discriminations, ils réhabilitent la Marche de 1983 dans le récit national français. Focus sur trois d’entre eux.

Rengainez, on arrive ! de Mognis H.Abdallah
Avec Rengainez, on arrive ! Mognis H. Abdallah reprend l’un des slogans de la Marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983. Dans ce livre, il explore sa principale raison d’être : le ras-le-bol des crimes racistes et sécuritaires, commis par la police française à l’égard des jeunes issus de l’immigration. L’auteur écrit alors l’histoire des luttes populaires contre ces crimes, le plus souvent impunis, depuis les années 70 et jusqu’à aujourd’hui. Au coeur des différents collectifs et associations, à partir d’archives et de témoignages, il inscrit la marche dans une histoire longue. Ses chroniques « entendent renouer avec la pratique militante de l’enquête et du bilan autocritique.  » À savoir que Mogniss H. Abdallah est partie prenante de cette histoire de luttes : en 1983, il crée l’agence multimédia Im’media, spécialisée dans l’immigration et les mouvements sociaux. Rengainez, on arrive ! est un document riche et fouillé, de l’intérieur des luttes contre les crimes racistes. Essentiel pour comprendre certains enjeux politiques actuels, et inscrire l’histoire événementielle de la Marche dans l’Histoire des luttes sociales. /// Rengainez, on arrive ! Chroniques des luttes contre les crimes racistes et sécuritaires, contre la hagra policière et judiciaire, des années 1970 à aujourd’hui. Mogniss H. Abdallah. Éditions Libertalia. 12 €.
La Marche pour l’égalité et contre le racisme de Abdellali Hajjat
Conscient de l’objet de mémoire qu’est devenue La Marche pour l’égalité et contre le racisme, Abdellali Hajjat, sociologue, s’en saisit comme objet de recherche. Avec des chiffres, des documents d’archives, des témoignages contradictoires, et une mise en contexte, il retrace précisément l’histoire de cet événement. Une conclusion ? La Marche est un « mai 1968 » des enfants d’immigrés post-coloniaux. Et ce, en raison de la prise de parole généralisée et de la remise en cause de l’ordre établi. Sans idéalisme, il explore les liens entre cette Marche et les luttes de l’immigration mais aussi avec celles des classes populaires. Il étudie les représentations de cet événement et ses conséquences sous l’angle militant, politique et médiatique. Un document incontournable ! /// La Marche pour l’égalité et contre le racisme. Abdellali Hajjat. Éditions Amsterdam. 14 €
La longue Marche pour l’égalité de Nadia Hathroubi-Safsaf
S’il débute en 1983, avec la Marche pour l’égalité et contre le racisme, ce livre pose un regard actuel sur les questions d’égalité. Un des chapitres s’intitule par exemple « le mouvement « beur » a-t-il été récupéré par SOS Racisme ? » Incluant par ailleurs la naissance de Ni putes, ni soumises, de la politique de la Ville, ainsi que les émeutes de 2005, la journaliste explore ce qu’elle appelle « le drame des franco maghrébins », à savoir « 30 ans de marche et toujours pas d’égalité ». /// La longue Marche pour l’égalité. Nadia Hathroubi-Safsaf. Éditions Les points sur les i. 17,90 €

À lire aussi :

– La Marche pour l’Égalité. Entretiens avec Adil Jazouli de Toumi Djaïdja. Éditions de l’Aube. 16 €

– La marche de 1983, une pierre à l’édifice des luttes de l’immigration de Salika Amara. Éditions FFR. 8 €///Article N° : 12489

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire