Instants de marche

Lire hors-ligne :

Le 15 octobre 1983, une dizaine de jeunes du quartier des Minguettes à Vénissieux, décide de marcher pacifiquement jusqu’à Paris. Ils seront 100 000 à l’arrivée le 3 décembre 1983. Cette première marche antiraciste en France dénonce notamment les crimes racistes et sécuritaires dont sont victimes plusieurs jeunes issus de l’immigration. Photographe, Amadou Gaye a marché pour capter dans l’instant cet événement historique. Il raconte :

« Je travaillais bénévolement au journal Sans Frontières qui regroupait de jeunes journalistes et photographes issus de l’immigration mais aussi de la jeunesse française. On était engagé dans la lutte contre le racisme et le journal faisait aussi écho des mouvements de culture urbaine. J’étais très impliqué dans la photographie de cette France multiculturelle qui se construisait en s’exprimant à travers la danse, la musique, la mode, le cinéma. J’étais en osmose avec les idéaux de cette jeunesse qui rêve aussi d’une France plus juste et plus égalitaire. Naturellement j’ai rejoint les marcheurs à l’étape de Strasbourg. J’étais à l’intérieur de la Marche, d’où le plan rapproché de cette photo prise le soir. Les marcheurs étaient éclairés par des flambeaux. Leurs lueurs faisaient une mélodie rythmique avec les fenêtres éclairées de la ville. Et cette fille qui est sur la photo devenait tout d’un coup rayonnante, gracieuse, et l’image, poétique. À l’arrivée de la Marche à Paris cette photo fit la couverture du quotidien Le Matin et du journal Sans Frontières. » Amadou Gaye

///Article N° : 12488

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire