Belleville conté par ses habitants

Lire hors-ligne :

Découvrir le quartier de Belleville et le tout Paris, à travers le récit de ses habitants, est le challenge de Paris par Rues Méconnues. Animées par Angénic Agnero, ces balades explorent des histoires, migratoires souvent, délaissées des sentiers touristiques.

Métro Jourdain, entre le 19e et le 20e arrondissement de Paris, au pied de l’Église Saint Jean-Baptiste ; Angénic Agnero commence ici sa visite, au coeur du quartier historique de Belleville. Ancien hameau populaire, il est annexé à Paris en 1860. Arméniens, Italiens, Portugais, Grecs mais aussi Parisiens évincés du centreville peuplent cet espace niché dans les hauteurs de la capitale. Ces premières vagues d’immigration, particulièrement importantes dans les années 1940-1950, forgent ainsi le charme métisse de Belleville, raconte notre guide. Passionnée d’histoires à hauteur d’hommes et de femmes, elle, s’installe dans ce quartier en 1998, où elle crée une association de tourisme participatif, « Belleville Insolite ».

Elle qui connaissait alors peu de monde commence à interviewer les habitants et découvre l’histoire de ce quartier par ceux qui le façonnent. Résidants, commerçants, artistes, aujourd’hui devenus des amis, elle écoute et collecte leurs histoires de vie, les enregistre sur cassettes. Quinze ans plus tard, elle en possède ainsi plus d’un millier, des archives de valeur, mémoire de ce territoire. Et, plutôt que de raconter elle-même les histoires des Bellevillois, elle décide d’en faire les personnages qui jalonnent ses balades. On la suit alors dans une des quelques 2500 cours intérieures, dont le territoire situé entre les métros Télégraphe et Belleville regorge. Au détour de ruelles pavées, parfois même étonnement boisées, on s’arrête chez Toun, architecte-artiste, habitante du quartier depuis 1987 ; on fait une pause avec la pimpante coiffeuse Patou, Bellevilloise depuis 50 ans, qui ne manque pas de souligner son attachement au « village » ; puis dans l’atelier tapissé de peintures naïves ultra-colorées de l’artiste KATS, un Sarthois qui n’a plus quitté Belleville depuis une quinzaine d’années.

Paris en personnages

« Nous ne sommes pas des guides. Nous sommes des accompagnateurs, révélateurs de quartiers. Nous ne voulions pas raconter les monuments historiques mais, en tant qu’immigrés, enfants d’immigrés, raconter notre histoire. Que notre histoire fasse ainsi partie du pays, du quartier « . Un « nous » qu’elle défend au sens large : « un Marseillais qui vient habiter à Paris est lui-même immigré« , entendant ici par « migrer » son sens premier, « se déplacer », s’installer dans un espace inconnu. Parisienne depuis 17 ans, Angénic est française par son père antillais, ivoirienne par sa mère, petite-fille d’une Éthiopienne et d’un Guadeloupéen, lui-même métisse sino-indien. À l’image de ses racines, elle s’est reconnue dans ce quartier, également multiconfessionnel. Certains touristes ne cachent pourtant pas leur surprise en découvrant qu’une Noire leur raconte l’histoire de France. Mais Angénic ne se défile pas, fierté et humour toujours au coin des lèvres. «  Je suis française à part entière. C’est important de montrer qu’une femme Noire n’est pas destinée à faire le ménage et garder les enfants « . Avec sa panoplie d’une centaine de visites, à la Goutte d’Or comme à Belleville et dans le 16e arrondissement, Angénic initie un tourisme de traverse avec son association devenue entreprise, renommée Paris par Rues Méconnues.
Rendant accessible des mémoires vivantes aux buissonniers du tourisme, la femme est aujourd’hui sollicitée de toute part : des touristes de différentes régions du monde, des jeunes en formation, des journalistes internationaux viennent explorer avec son équipe des facettes humaines et migratoires de la ville qui se laissent rarement dévoiler sans passeur.

Les jeux de pistes de Paris par Rues Méconnues

Résous-Moi : c’est le jeu de piste solidaire organisé depuis 6 ans par Paris Par Rues Méconnues. À travers des animations (chants, musique, danse, débats, etc..) mettant en valeur les acteurs locaux du quartier, l’objectif est de collecter du matériel (médical, scolaire), des jouets, des vêtements et des denrées non périssables. Cette année « Résous-Moi », dont le thème est le cinéma, aura lieu du 19 au 21 juin. Et des cadeaux sont à gagner ! Thème à l’honneur : le Burkina-Faso avec l’association Kouzenidjoa et le Sénégal avec l’association Village Pilote.

Plus d’infos : Paris Par Rue Méconnues
01 77 17 11 06 / www.paris-prm.com///Article N° : 12985

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire