Blanche-Neige, septet cruel

D'après les Frères Grimm, Robert Walser, Ghérasim Luca…

Proposé et mis en scène par Benoît Bradel
Print Friendly, PDF & Email

Une blanhe-Neige dans tous ses états
Et si Blanche-Neige était africaine ? Une noble et hautaine Amazone nigériane au port altier qui avance majestueusement sur un curieux pédalier et décoche ses flèches sans crier gare… Ses nains seraient des clowns tristes, un peu sadiques, déjantés aussi, et la méchante reine une idole déchue qui ne maîtrise plus son look de première dame du royaume et se désagrège dans une déconfiture boulimique…
C’est un curieux récit de Blanche-Neige que proposait Benoît Bradel et Zabraka au Théâtre de la Cité Internationale en décembre dernier. Benoît Bradel a choisi l’univers du cirque et son pathétique intrinsèque pour faire surgir des images incongrues, des accords dissonants qui brutalisent l’histoire et l’emportent dans les ornières de l’inconscient. Loin de ramener au ronronnement rassurant du conte, il pulvérise le récit et fait entendre l’entre-deux, le creux psychanalytique.
La comédienne nigériane, Ese Brume, qui prêtait ses traits, sa plastique statuaire et son accent anglophone à l’héroïne était au coeur même de cette déconstruction, brisant les idées reçues et l’imagerie enfantine toute en sucre soufflé qui enrobe traditionnellement ce conte.
Ce sont les marges qui construisent et articulent ici la mise en scène, l’en-deçà du texte, ou l’en-dessous et non son hypertrophie exubérante. Benoît Bradel ne rêve pas sur les mots, il rêve sur les couleurs et les nombres qui deviennent les notes avec lesquelles joue son  » septet cruel « . Tout se passe comme s’il avait soumis le conte à l’épreuve d’un kaléidoscope aux miroirs déformants. Les personnages se dédoublent, sont tour à tour les uns et les autres, se perdent et se retrouvent, étourdissant le spectateur de leurs harmonies grinçantes et laissant entrevoir l’abîme des cruautés refoulées qu’exacerbe le conte.

Blanche-Neige, septet cruel, d’après les Frères Grimm, Robert Walser, Ghérasim Luca… Proposé et mis en scène par Benoît Bradel, avec Ese Brume, Roser Montllo, Pierre-Henri Puente, Pascal Tokatlian, Claudia Triozzi, Toméo Vergès, Tomasz Zarachowicz.///Article N° : 319

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire