Briser le tabou qui interdit de parler du corps

Entretien de Boniface Mongo-Mboussa avec Ken Bugul

Lire hors-ligne :

Avec la parution, en 1983, de son premier récit autobiographique, Le Baobab fou, Ken Bugul fait d’emblée scandale en Afrique. Déchirée entre la culture de ses parents et son expérience de l’Occident, elle compte parmi les premières Africaines à écrire intimement sur leur propre corps. A travers ses deux autres romans, « Cendres et Braises » et « Riwan ou le chemin de sable », cette romancière sénégalaise fait de la conscience de son corps et de l’exploration de ses sensations un élément central de son écriture.

Dans son livre sur le nouveau roman africain féminin ...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore (ou plus) abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.

Ce contenu vous intéresse ? Africultures a besoin de vous pour continuer d'exister. Alors soutenez-nous !

Laisser un commentaire