River hôtel : Casting ambitieux pour résultat décevant

Lire hors-ligne :

Sorti en juin 2018, River hôtel de Didier Ndenga a été annoncée comme la série-événement en Afrique avec ses décors cossus, son casting de rêve et sa volonté de  présenter une Afrique prospère et belle. Mais force est de constater que le produit final n’est pas à la hauteur des ambitions affichées.

Avec River Hotel diffusé sur Tv5 monde depuis le 25 juin dernier [1], Didier Ndenga a voulu placer la barre haute. La série coproduite par la chaîne est un cocktail d’amour, de violence, d’enquête policières. Elle parle d’un riche homme d’affaires véreux propriétaire du luxueux River hotel qui, au Congo, est imaginaire, même s’il existe bel et bien Chicago aux Etats-Unis. Autour de lui gravitent plusieurs personnages dont un inspecteur de police qui enquête sur lui, sur des soupçons de blanchiment d´argent. La série est tournée à Kinshasa au Congo. Dans le générique, la radio de la paix donne d’ailleurs l’heure, comme pour nous rappeler le contexte de crise.

Produit par HD (Habi et Didier) production, cette série a de l’allure. Sur le plan de la qualité des images et des décors, pour le moins cossus. Ici, même le bidonville devient propre et beau. Et un laveur de voiture censé être à Kinshasa parle exactement comme…. un jeune de banlieue française. Cette série a aussi voulu miser sur un casting parisien inhabituel, où les stars du cinéma côtoient les stars de la chanson, avec à la fois des comédiens confirmés et amateurs.

On note notamment, parmi les acteurs confirmés, l’excellent Eriq Ebouaney du Cameroun, les Françaises Alix Benezech et Nadège Bausson-Diagne, le Ghanéen Majid Michel qui a fait les beaux jours de Nollywood, la Centrafricaine Habi Touré. Parmi les stars de la chanson, il y a le Congolais Fally Ipupa qui fait une apparition timide et inutile dans le premier épisode, et la Camerounaise Charlotte Dipanda qu’on ne verra pas dans les trois premiers épisodes. Mais aussi l’ex top model et écrivaine burundaise Esther Kamatari, entre autres.

Malgré ce casting de rêve, le jeu des acteurs paraît décousu devant la faiblesse du scénario. L’écart parfois grand dans la qualité du jeu des acteurs casse le rythme de la série qui, par moment, paraît surréaliste. La narration et la mise en scène semblent secondaires devant l’alignement des célébrités. Avec cela, la mayonnaise ne prend pas, et on ne peut que regretter tous ces talents gâchés.

Le doublage en français des dialogues de Majid Michel se voit comme le nez au milieu de la figure. Le suspense, qui fait la force de la série Tv, est peu prononcé dans River hotel. Chaque épisode se termine de façon plate, sans intrigue et sans émotion forte pour accrocher le spectateur et l’amener à attendre impatiemment la diffusion de l’épisode suivante. Ajouté à cela quelques contresens, des silences longs et inexpressifs, on est loin des ambitions affichées. Jusqu’à la fin du troisième épisode, on continue d’attendre que la série démarre.

Le réalisateur Didier Ndengue l’a dit à Kinshasa, au cours de la cérémonie de présentation de River hôtel le 22 juin : l’ambition de cette production est de présenter de manière positive le continent noir à travers le cinéma, de parler de l’Afrique qui gagne, où il y a de l’espoir. Un projet tout à fait louable qui cadre avec le discours politiquement correct du moment. Mais Il ne suffit pas de montrer un Kinshasa bling bling et de grosses cylindrées pour que le spectateur passe un bon moment devant le petit écran.

Stéphanie Dongmo

River Hotel
52 épisodes de 26mn
Réalisateur : Didier Ndengue
Production : HD production

[1] 3 épisodes vus à l’heure d’écriture de cet article.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire