Compte rendu du n° 126 de Politique Africaine

La question homosexuelle et transgenre

Print Friendly, PDF & Email

Le numéro 126 de Politique africaine consacre un dossier de neuf articles à « La question homosexuelle et transgenre », coordonné par Christophe Broqua. Dans son article introductif, « L’émergence des minorités sexuelles dans l’espace public en Afrique », Christophe Broqua propose de s’intéresser aux récentes évolutions sociales. Au-delà de la dénonciation de l’homophobie et de la transphobie, il s’agit d’analyser les conceptions contemporaines de l’homosexualité, désormais au centre du débat public dans divers pays. Elles ne peuvent être détachées du contexte économique et politique dans lesquels elles s’expriment. Ce numéro de Politique africaine rend ainsi compte de la visibilité croissante de l’homosexualité en Afrique.
Au-delà d’une simple présentation des articles regroupés dans ce numéro, Christophe Broqua s’efforce de faire en introduction le bilan de la situation pour les personnes homosexuelles et transgenres aujourd’hui. Il revient sur les moments marquants et le gain de visibilité, qu’il s’agisse de l’inclusion d’une clause de non-discrimination dans la constitution de l’Afrique du Sud en 1996 ou de la publication des listes d’homosexuels en Ouganda en 2006, sans oublier les lois interdisant les pratiques homosexuelles ou les mariages de personnes de même sexe dans divers pays. Il s’agit donc dans ce numéro d’apporter un éclairage précis sur les accusations d’homophobie généralisée en Afrique qui, si on ne peut nier qu’elles sont en partie justifiées, méritent cependant qu’on en connaisse les tenants et les aboutissants, grâce à des études ciblées.
Dans son article intitulé « De l’abstinence à l’homophobie : la « moralisation » de la société ougandaise, une ressource politique entre Ouganda et États-Unis », Élise Demange fait un rapport circonstancié de la situation en Ouganda, où elle analyse le rôle des évangélistes, notamment américains, ainsi que la rhétorique anticolonialiste qui, paradoxalement, s’y rattache.
L’analyse d’Alice Aterianus-Owanga sur le rap gabonais – « L’émergence n’aime pas les femmes ! Hétérosexisme, rumeurs et imaginaires du pouvoir dans le rap gabonais » – présente une dynamique différente en matière d’expression homophobe, par la culture populaire. L’auteure met en relief l’association entre homosexualité et sorcellerie au Gabon, plus fortement que dans d’autres cultures.
Patrick Awondo analyse de son côté les campagnes des tabloïds au Cameroun et les enjeux qui se sont affrontés : « Médias, politique et homosexualité au Cameroun. Retour sur la construction d’une controverse ».
En présentant le cas de la Namibie, Ashley Currier souligne le travail des associations de militants et leurs stratégies en matière de défense des droits des trans. Son article intitulé « De la ventriloquie provisoire : l’inclusion de la catégorie transgenre dans les mobilisations LGBT en Namibie et en Afrique du Sud » présente aussi les combats menés par des lesbiennes et les violences qu’elles subissent.
Le numéro se poursuit par la traduction de l’article pionnier d’Edward Evans-Pritchard, « L’inversion sexuelle chez les Azandé », publié en décembre 1970 dans American Anthropologist, suivi d’une analyse par Christophe Broqua de la portée de cet article, y compris pour son auteur en fin de carrière.
Enfin, le dossier se conclut par deux œuvres visuelles précédées par de courtes introductions. Gabrielle Leroux présente son exposition Fièrement Africains et transgenres. Julie Crenn revient sur l’exposition Faces & Phases de la photographe sud-africaine Zanele Muholi. Les œuvres sont présentées sous la forme d’un cahier central en couleur de dix portraits graphiques de Gabrielle Leroux et de six portraits photographiques de Zanele Muholi. Les portraits nomment les personnes représentées et pour les dix premiers, leur donnent la parole au sein des tableaux et par des légendes en forme de citations.
Si ce dossier ne peut pas tout dire, il constitue une ressource précieuse dans un domaine sous-étudié. Nous vous en conseillons la lecture, notamment si vous êtes à la recherche de références scientifiques précises et de compléments sur certaines questions également évoquées dans ce numéro, parfois par les mêmes auteurs contactés suite à cette publication.

///Article N° : 12001

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire