De l’importance des tambours dans les manifestations politiques et religieuses.

Entretien de Léon Raymond Ahouo avec le Pr. Niangoran-Bouah, ethnosociologue et drummologue

Qu’est-ce que la drummologie ? Le terme  » drummologie  » se décompose en  » drum  » qui signifie, en anglais, tambour, et de  » logos  » qui, en grec, désigne l’étude ou la science. La  » drummologie  » est donc la science qui étudie les institutions mentionnées dans le tambour. À partir de là, on peut distinguer la drummophonie, c’est-à-dire la traduction de ce que disent les tambours, et la drummographie, le texte dont le tambour est l’origine. La drummologie s’enracine dans les sociétés à tambours. Il y a une grande variété de tambours dans les cultures ébriée, baoulée, abourée, agnie, etc., sans oublier les cultures abron et ashantie. Il y a, à part le tambour, d’autres instruments parleurs comme le djomolo chez les Baoulés ou le balafon chez les Sénoufos. Il convient donc de dire que la drummologie est l’étude de tous les instruments parleurs. Quel est le rapport du tambour et de la religion, et celui du tambour et du politique ? Le tambour interroge ainsi l’individu :  » D’où viens-tu ?  »  » Qui t’a créé ? « . Le tambour est matière pour les artistes qui le sculptent, son pour les physiciens, divin tambour pour les croyants. Pour ces derniers, au commencement était le tambour. Le tambour est énergie, puis vibration, laquelle est sons et mots, et finalement phrase venant de Dieu. Il explique comment le verbe est né. Il faut dire que les croyances africaines n’ont rien à voir avec le christianisme. Dieu a créé l’homme, et l’homme a créé Dieu. Dieu a tout cr&eacut...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire