Au début des cinémas d’Afrique, la revue Unir Cinéma et le centre de documentation du Père Jean Vast

Entretien d’Olivier Barlet avec Jean Sarr, Saint-Louis du Sénégal

Lire hors-ligne :

Rare est la documentation sur le travail du Père Jean Vast (1921-2005), qui demeura à Saint-Louis du Sénégal 1950 à 1999 et fut l’animateur d’une des toutes premières  revues de cinéma consacrées aux cinémas d’Afrique, Unir cinéma. Comme le montre le film Lumière sur Ndar (Mansour Kébé, originaire de Saint-Louis, 2010), son prédécesseur, le Père Daniel Brottier, était arrivé à Saint-Louis en 1903 et avait organisé en 1908 une séance de cinématographie dans un café de la ville. Ses successeurs prirent la relève ; la salle Jeanne d’Arc (aujourd’hui le Collège Didier-Marie) vit la création d’un ciné-club et fut le lieu d’innombrables spectacles jusqu’à sa disparition en 1966. (1) Passionné de cinéma, le Père Vast rassembla rapidement une grande documentation et trouva les fonds pour construire un bâtiment nommé Daniel Brottier, avec bureaux, salles de projection et de conférences, et studio d’enregistrement, car il était aussi engagé dans les émissions radio. Il créa l’Office Catholique du Cinéma du Sénégal en 1968, puis la revue Unir Cinéma avec l’aide de l’Organisation Catholique Internationale du Cinéma (OCIC), lequel publiait sous la direction du professeur belge Victor Bachy la collection « jaune » de livres sur le cinéma africain.

Le Père Jean Vast et William Mbaye

En relation avec le Centre culturel français, Jean Vast créa un centre de documentation sur le cinéma avec fiches sur chaque film et chaque réalisateur ainsi que des vidéos. Il mettait l’accent sur les films d’Afrique mais était également ouvert aux cinémas du monde, pensant qu’une interaction était nécessaire. En 1993, cette vidéothèque fut transférée dans un nouveau bâtiment sur l’île de Saint-Louis, le Centre Catholique de Communication Daniel Brottier. Il participa également au lancement des Rencontres Cinématographiques de Dakar (RECIDAK) qui, au début, prévoyaient aussi une journée de rencontre à Saint-Louis. La revue Unir Cinéma cherchait à promouvoir le cinéma africain à travers des analyses et débats mais elle ne paraissait qu’irrégulièrement pour des raisons de financement.

Nombre de réalisateurs sénégalais ont été initiés à l’écriture du scénario ou l’analyse de films par le Père Vast, surnommé « Pa’bi ». Dans les années 90, il créa aussi des ateliers de formation aux techniques du cinéma. Il réalisa lui-même des courts métrages de catéchèse ou éducatifs, notamment dans le domaine de la santé. Le Père Vast a reçu du Consortium de Communications Audiovisuelles en Afrique (CCA) une médaille d’or remise par le président Abdou Diouf lors de la cérémonie de clôture des 2èmes RECIDAK  en 1991.

Depuis la mort de Jean Vast, le centre de documentation est préservé dans une salle du centre Daniel Brottier à Saint-Louis, mais de nombreux documents ont été empruntés par des chercheurs qui ne les ont pas rendus. Cette bibliothèque a perdu sa raison d’être et risque de disparaître. Si la partie qui concerne le cinéma mondial est de moindre intérêt, il serait urgent qu’une institution sénégalaise ou panafricaine en préserve la partie africaine pour conserver cette mémoire (revues, photos, documents divers). O.B.

Jean Sarr dans la bibliothèque

Jean Sarr, vous avez fait partie de l’équipe du Père Vast qui réalisait la revue Unir cinéma, première revue de cinéma africain. Comment tout cela a commencé et quel était votre rôle ?

Dès le début du siècle, le Père Daniel Brottier projetait déjà des films pour enfants dans les cafés puis à la salle Jeanne d’Arc. Egalement passionné de cinéma, le Père Vast, arrivé en 1950, réunissait toute une documentation et l’a utilisée pour alimenter une chronique cinéma dans notre journal local hebdomadaire nommé Unir, qui portait ce nom car elle concernait surtout les anciens de Saint-Louis qui étaient partis à l’étranger. Voulant développer la chose, il a créé dans les années 70 Unir cinéma où il publiait un commentaire des films en sortie. Il animait dès le début un ciné-club avec des films fournis par le Centre culturel français qui avait un projecteur 16mm. La salle n’étant pas bien sonorisée, lorsque la vidéo est arrivée, on a créé un service de location d’un millier de films qui permettait aux gens de les regarder chez eux. On les invitait à lire la fiche constituée sur le film, qui les initiait à son analyse. Les autres diocèses profitaient aussi de l’initiative. La revue Unir cinéma s’et arrêtée faute de financement du tirage en 1995 mais le Père Vast a continué ses deux pages dans la revue Unir.

Unir cinéma n°155 de décembre 1993

Quel a été le rôle de Charles Lemaire, qui signe un grand nombre d’articles dans la revue Unir cinéma ?

Il nous fallait un salarié pour faire la revue et nous avions passé un appel dans la revue. Nous avons sélectionné un journaliste belge qui est venu spécialement pour s’occuper de la revue. Il faisait tout : écriture, saisie et mise en page sur stencils, et je m’occupais du tirage et des envois (les stencils ronéotés ont été depuis remplacés par un duplicopieur numérique de type Riso qui permet de mettre des photos en couleurs récupérées sur internet). Il est resté plusieurs années puis a été embauché par l’archevêque de Dakar pour la revue Afrique nouvelle où il a travaillé durant deux ans avant de rentrer en Belgique. Un journaliste allemand a remplacé Charles Lemaire pour Unir cinéma durant quelques années.

Comment arrivaient-ils à obtenir cette information dans un univers sans internet ?

Par courrier. D’autres journalistes nous envoyaient de l’information, qui étaient basés à Cuba ou ailleurs. Le Père Vast se rendait également toujours au Fespaco et avait beaucoup de contacts.

Le centre de documentation a eu un rôle de bibliothèque pour les cinémas d’Afrique.

Les gens venaient de Dakar ou de France lorsqu’ils travaillaient sur une thèse par exemple. Le Père Vast a également formé des jeunes, comme Omar Ndiaye qui est devenu cinéaste, directeur du Festival International du Film de Quartier (Dakar) puis formateur.

Indépendamment des nombreuses revues, la bibliothèque comporte pour chaque film le maximum d’informations possibles (synopsis, photos, coupures de journaux, etc.). C’était cela le centre du travail ?

Oui, c’est classifié par pays où chaque réalisateur a un dossier. Le Père Vast voulait qu’on se concentre sur les films africains mais il voulait aussi rendre compte de l’ensemble du cinéma mondial.

Unir cinéma dans « Unir – l’Echo de St Louis » n°103 de juin-juillet-août 1981

Charles Lemaire a écrit de nombreux articles d’information mais pas de critiques ou d’analyses tendancielles.

Effectivement. En étant seul, il aurait eu du mal : il faut un groupe pour élaborer une critique. Il aurait fallu utiliser les débats du ciné-club. Il a organisé une semaine africaine du cinéma où les réalisateurs venaient de Dakar pour présenter leurs films.

J’ai vu aussi des textes de Paulin Soumanou Vieyra dans la revue, grand critique et historien des débuts du cinéma africain.

Unir cinéma était la seule revue sénégalaise à parler de cinéma africain et était reconnue en tant que telle par Sembène et les autres cinéastes sénégalais. Cela a poussé Paulin Vieyra à y collaborer avant son décès.

Unir cinéma dans « Unir – l’Echo de St Louis » n°75, mai 1977, avec la première partie d’un article de Paulin Soumanou Vieyra : « Réflexions sur le cinéma africain en 1976 ».

Quel a été l’impact d’Unir cinéma ?

Faible car il n’y a pas eu de synergie. Nous ne recevions que très peu d’articles. Elle ne tenait que par notre propre énergie et le peu que nous pouvions faire. La revue était tirée à 500 exemplaires tous les deux mois, ce qui permettait d’envoyer aux abonnés et de garder des numéros pour la vente directe, mais nombre d’abonnés de payaient plus leur abonnement, ce qui nous a mis en difficulté : les frais n’étaient pas couverts et la revue tournait à perte.

Qui décidait des contenus éditoriaux ?

Nous avions confiance en Charles Lemaire mais celui-ci montrait ce qu’il faisait au Père Vast, qui rédigeait son éditorial.

Unir cinéma n°159, juillet-décembre 1995

Quelle était la relation du Père Vast avec Sembène ?

Le Père Vast allait régulièrement à Dakar mais Sembène était difficile à rencontrer car souvent à l’étranger. Il ne venait pas spécialement à Saint-Louis, mais il avait envoyé au Père Vast des gens pour se former au cinéma.

Qu’allez-vous faire du fonds d’un millier de VHS de films de la bibliothèque ?

Nous aurions voulu les mettre sur cd car la VHS a une durée de vie. Nous avons sauvegardé quelques films africains sur disque dur, mais insuffisamment.

Aujourd’hui, la documentation est rassemblée dans une pièce, la poussière se dépose et ce n’est plus très fonctionnel…

Quand le Père Vast est rentré en France en 1999, l’orientation n’a finalement pas été maintenue et depuis 2011 la bibliothèque ne remplit plus son rôle. La grande salle qui abritait le fonds a été consacrée à la formation en informatique pour les jeunes et la documentation a été déplacée dans cette petite salle. Ce que vous voyez aujourd’hui est ce qui reste car de nombreux documents ont été empruntés qui ne sont pas revenus. De temps en temps, des étrangers viennent consulter mais au niveau du Sénégal, la chose est peu connue des étudiants et chercheurs.

Unir cinéma n°3 (110), novembre-décembre 1982

Vous n’avez pas été en contact avec la Cinémathèque de Ouagadougou.

Felipe Sawadogo, qui dirigeait le Fespaco, nous avait rendu visite et s’était émerveillé des richesses accumulées mais il n’y eût pas de suite pratique.

L’association des critiques sénégalais aurait pu être intéressée par un travail d’archives et de mémoire. Avez-vous été en contact ?

Non, nous n’avons pas eu de contact. Ils savent que la documentation se trouve ici, il aurait fallu qu’ils viennent voir sur place pour étudier ce qui serait possible. Il serait important d’étudier comment faire vivre cette documentation qui dort encore. Des étudiants du master 2 de réalisation de documentaire de création de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis pourraient également y consacrer un court métrage de mémoire.

  1. http://www.signis.net/nouvelles/aussi-dans-lactualite/19-04-2006/pabi-le-pere-jean-vast
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Les images de l'article




Laisser un commentaire