délire !

Print Friendly, PDF & Email

toutes les scories du mal
les vantardises de l’obscène
les rouages du médiocre
tous les corps qui encensent le putride
tous les monstres déguisés
tout ce qui se cache et gangrène
la folie dans les viscères des cœurs
les multitudes de la corruption
tous les cortèges d’hyènes et de vers
qui attendent de nous morceler
le culte de la matière
les panoplies de la guerre
la beauté martelée
disloquée
toutes les ordalies de la pierre
les jérémiades des larmes
les enfants martyrisés
tous ces corps qui jonchent les antres de l’histoire
toutes les fables de nos croyances
le fatras des mythes
les boursouflures de l’ego
toutes les armes qui exultent le sang
tous les cataclysmes de nos haines
les bascules de la chair
le catalogue des génocides
la grande bibliothèque de la souffrance
tous les visages de nos mépris
de nos petitesses
de nos perversions
toutes les entrailles révélées dans le tombeau
les grands charniers
les squelettes sculptés par les brisées du temps
toute la mémoire trahie
les victimes oubliées
toutes les fièvres
les bacilles de la pourriture
la gouverne des apocalypses
toutes les angoisses
les débauches de la folie
l’ordre du mortifère
tout ce qui est misérable
pénible
obscène
les fardeaux de nos audaces
superficielles
la course échevelée vers le néant
tous les gouffres qui nous ensevelissent
les silences de l’univers
toutes les enflures
de nos rêves
toutes nos chimères
notre imaginaire empli d’illusions
les façades brisées
les sourires lacérés
toutes les cavalcades de la terre
les pénitences de la mort

il n’est de perfection
que dans les mots

Le tableau illustrant ce poème est l’oeuvre de l’artiste mauricienne [A Vimla Dindoyal]///Article N° : 10411

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire