Eva doumbia sur Afropéennes de Léonora Miano

Corps diasporique, corps inouï

Festival des francophonies en Limousin, édition 2012
Print Friendly, PDF & Email

Eva Doumbia travaille sur les formes hybrides, au précipité chimique instable, des formes qui mêlent théâtre, chant et musique live selon un dispositif de cabaret où le spectateur est invité à partager le jeu et participe au spectacle.

MOI ET MON CHEVEU présenté l’an dernier au festival des Francophonies jouait déjà d’un dispositif équivalent mêlant également divers régimes de théâtralité, entre performances chorégraphiques et musicales, improvisation, stand-up, etc. Avec Afropéennes, présenté cette année au Théâtre Jean Gagnant pour la 29e édition des Francophonies, nous sommes dans la salle d’un restaurant (et le public peut goûter la cuisine…) où un petit groupe de copines toutes afro-descendantes, au tournant de la trentaine, se retrouvent et parlent de leur vie, leurs rêves, leurs déceptions amoureuses, leurs désirs… Ce sont les textes de Léono...

Laisser un commentaire