Événements

Festival International de Musique « Jazz à Ouaga » 2007
15 ans déjà !!

Français

A Ouagadougou, Bobo-Dioulasso, Koudougou, Ouahigouya, Loumbila et Ziniaré, Jazz à Ouaga 2007 est placé sous le Haut patronage de Madame Aline KOALA, Ministre de la Culture, des Arts et du Tourisme du Burkina Faso

« Toutes les cultures de tous les continents, races et nations sont, aujourd’hui, des cultures de symbiose, où les quatre facteurs fondamentaux que sont la sensibilité et la volonté, l’intuition et la discursion jouent, de plus en plus, des rôles équilibrés. »
Léopold Sédar Senghor

Dans le monde de l’après onze septembre ou la guerre fait encore rage en Iraq et en Afghanistan, où le terrorisme donne naissance au concept de guerre globale, la question de la possibilité d’un dialogue inter-cultures se pose avec acuité.
Et il semblerait que paradoxalement la réponse à cette question essentielle soit aujourd’hui plus que jamais un oui sans équivoque, car il est plus que jamais nécessaire de continuer à rencontrer l’Autre, le différent, à lui parler et à partager avec lui, à le connaître et à se faire connaître de lui, afin de construire ensemble un monde moins cruel, plus ouvert et plus juste.
Les innombrables foyers de tension de par le monde nous rappellent chaque jour que la violence ne peut qu’engendrer plus de violence. Nous sommes certes et heureusement différents, nous nous devons d’accepter nos différences pour enrichir et préserver la diversité du monde.
Nous sommes convaincus à Jazz à Ouaga que chaque culture puise à ses propres racines, mais ne s’épanouit qu’au contact des autres cultures.
Il ne s’agit donc pas d’identifier et de préserver toutes les cultures prises isolément, mais au contraire de les revivifier afin d’éviter leur ghettoïsation, de contrecarrer des dérives identitaires et de prévenir des conflits.
Ce dialogue des cultures revêt un sens nouveau, dans le cadre de la mondialisation et du contexte politique international que nous connaissons aujourd’hui. Il devient ainsi un outil indispensable pour assurer le maintien de la paix et de la cohésion du monde.
Pour cette 15ème Edition, nous essayerons de diversifier les genres musicales par une programmation riche et variée. Nous inviterons des ensembles multiformes et organiserons des activités d’échange, de partage et de brassage de sorte à démontrer que la musique en général et le Jazz en particulier peuvent être de puissants vecteurs de cohésion et jouent un rôle important dans le dialogue des cultures, gage d’un monde de paix et de justice.


Jazz à Ouaga 2007, c’est :

1) Des concerts et rencontres musicales avec les artistes suivants

John Kiffys (Côte d’Ivoire), Samba Toure « Mali Songhaï blues » (Mali), Cheick Tidiane Seck (France/ Mali), Big Band France Afrique- BBFA (France, Congo, Burkina), les Palabres bleues (Suisse), Marc Lelangue blues Trio (Belgique), Elsa Martine (Guyane), Belo (Haïti), Channse Evanns et N.Y.S.Y.M.B (USA-Congo), Floby (Burkina), Charly Sidibe (Burkina), Kantala (Burkina), Kaba’s (Burkina), Yili Nooma (Burkina), Belmond jazz Band (Burkina).

2) Jazz -Caravane/ la musique au cœur du Burkina
En vue de rester encore plus proche des mélomanes burkinabé, Jazz à Ouaga 2007 innovera en mettant en place le concept de « Jazz Caravane 2007 ».
Le souci des organisateurs du festival et leur volonté a toujours été de rapprocher les spectacles de jazz des publics de l’intérieur de notre pays, en vue d’une « démocratisation » de ces musiques dites d’élites.
Nous constatons que la décentralisation en cours dans notre pays ne va pas toujours de pair avec la délocalisation des activités culturelles.
Si des efforts sont faits dans certains domaines culturels (théâtre par ex.), le constat est que les habitants de Pobé-Mengao, de Sikré ou de Tongomaël, n’auront certainement jamais l’occasion de voir un concert de jazz et musiques associées.
La défense de la diversité culturelle doit être accompagnée par les actes concrets de la diffusion des cultures nationales et internationales au niveau local, pour associer les populations à la base au combat contre l’imposition d’une culture dominante.

C’est pourquoi nous ambitionnons pour Jazz à Ouaga 2007 de déconcentrer des concerts dans 4 villes de l’intérieur à savoir Koudougou, Ouahigouya et Ziniaré et Loumbila.


3) Master -class à Bobo Dioulasso
Après le succès des master-class organisés à l’intention des musiciens de Ouagadougou lors des éditions antérieures, Jazz à Ouaga 2006 avait pour la 1ère fois délocaliser la formation musicale à Bobo Dioulasso.
Cette ville culturelle est riche en praticiens de musique qui souffrent terriblement d’un manque de formation.
C’est pourquoi nous poursuivons cette expérience au profit des musiciens bobolais, très demandeurs de rencontres et d’échanges avec des professionnels de la musique.

4) Projections de films sur le jazz
Au regard du succès qu’a connu cette activité les années précédentes, Jazz à Ouaga 2007 réédite les projections cinématographiques sur le jazz.
Tous les soirs à partir de 18h30 à la cafet du CCF, nous proposerons au public des films cultes sur le jazz et le blues, comme une »apéritif » musical avant les concerts.