Événements

Haïti au coeur du musée quai Branly
Deux ans après le séisme, Haïti est à l’honneur au Quai Branly afin de découvrir un « Haïti en vie », inscrit dans le monde, à travers les oeuvres de dramaturges et cinéastes haïtiens.

Français

Après une soirée dédiée à Haïti lors de la Nuit des musées le 14 mai 2011, et le Printemps des poètes en mars, Haïti est de nouveau à l’honneur au musée du quai Branly. Deux ans après le séisme qui a secoué l’île, le musée du quai Branly et le Service culturel de l’Ambassade d’Haïti en France, proposent de découvrir « un Haïti en vie », inscrit dans le monde, à travers les œuvres de dramaturges et cinéastes haïtiens.
A l’occasion de ce week-end, plusieurs rendez-vous sont programmés – pièce de théâtre, conférence, lectures, projections de films et documentaires, avec notamment Donoma – en présence d’artistes haïtiens tels les dramaturges Alain Blondel, Syto Cavé, Jean René Lemoine et Guy Régis Junior, ou le jeune cinéaste Djinn Carrénard.

Une manifestation proposée par le Service culturel de l’ambassade d’Haïti.



samedi 7 janvier 2012

Projections en salle de cinéma

14h

Une étrange cathédrale dans la graisse des ténèbres, documentaire de Charles Najman, 2011, 1h20, sur et avec l’écrivain Frankétienne.
Ce film est une évocation du terrible séisme qui a ravagé la capitale d’Haïti le 12 janvier 2010, à travers la voix du plus grand poète haïtien vivant, Frankétienne, et de sa pièce prémonitoire Le Piège. Tourné dans la grande cathédrale en ruines de Port-au-Prince, ce film est un chant de vie et de mort, une réponse poétique à la tragédie et au désespoir d’un peuple qui n’en finit pas de faire le deuil des 250 000 morts du tremblement de terre.



16h

Donoma, fiction de Djinn Carrénard, 2011, 2h10, avec Emilia Derou-Bernal, Sékouba Doucouré, Salomé Blechmans, Matthieu Longatte, Laetitia Lopez, Vincent III Perez, Laura Kpegli
Une enseignante s’engage dans une relation ambiguë avec un élève, une jeune photographe se donne à un inconnu, une jeune fille agnostique est appelée par Dieu… Choisit-on d’aimer ? Choisit-on d’être aimé ? Toutes ces histoires se croisent sans s’influencer et trouvent une symbolique dans le lever de soleil qui donne son nom au film : Donoma « Le jour est là ».
Ayant quitté Haïti à l’âge de dix ans, Djinn Carrénard est un réalisateur français d’origine haïtienne, il signe là un premier film inventif et maîtrisé.

18h30

Des hommes et des dieux
, documentaired’Anne Lescot et Laurence Magloire, 2002, 52 minutes
Ce documentaire relate le parcours d’homosexuels et travestis au sein du vodou. Dans un pays où l’évocation de l’homosexualité est encore taboue, le vodou devient un espace libérateur, dans lequel chacun, quelque soit son orientation sexuelle, peut trouver protection et réconfort. Grâce à des personnages sensibles et attachants, le spectateur progresse peu à peu dans un monde spirituel complexe et fascinant.


Théâtre Claude Lévi-Strauss


18h

Girouette et pisse vinaigre
, pièce de théâtre de Syto Cavé et Alain Blondel, 1h15
Syto Cavé et Alain Blondel ont entrepris depuis plusieurs années un dialogue qui fait se rencontrer leurs expériences de poète dramaturge haïtien et de plasticien français. Dans Girouette…, les deux auteurs expriment le vif sentiment que la langue contemporaine est comme mise en panne par les marchands et les communicants. De là naît un bric à brac vigoureux où les mots semblent s’élargir, permettant aux sujets qui les portent d’entrevoir de nouveaux paysages…
Deux hommes tubes sont des sacs à mots et des jongleurs de paroles. Autour d’eux gravite l’Expert caméléon qui est la figure du discours catalyseur sur l’état des choses. Le danseur est un corps signe en lettres torturées, le chanteur est tout ce que peut dire la voix, le rythme, le souffle, l’écho…
Auteurs et scénographie : Alain Blondel et Syto Cavé

Comédiens : Philippe Cotten, Jean-Michel Martial, Mathias Megard
Danseur : Lin Yuan Shang
Chanteur : Thierry Peala
Conception lumière : Hervé Gary
dimanche 8 janvier 2012
Théâtre Claude Lévi-Strauss
Jean René Lemoine
Jean René Lemoine

15h

In Memoriam, de Jean René Lemoine, lecture avec Bulle Ogier et Nathalie Richard, 25 mn
Texte publié par l’Avant-Scène dans l’ouvrage collectif La Fidélité, Les Petites Formes de la Comédie-Française.
In Memoriam est un dialogue entre une mère vivante et sa fille morte dans le tremblement de terre : la mère convoque son enfant par la force de la pensée et du souvenir, et l’enfant « en allée » accepte de revenir pour entendre le chagrin infini, inénarrable de la mère. C’est le récit du deuil impossible, celui d’une mère, mais aussi celui de tout un peuple pétrifié par le malheur, abandonné du monde.
Jean René Lemoine est comédien, auteur, metteur en scène. Après un parcours d’acteur, il se consacre à l’écriture et à la mise en scène. Il est l’auteur de nombreux textes pour le théâtre : Portrait d’un couple, Chimères, L’Ode à Scarlett O’Hara, Ecchymose, L’Odeur du noir, Erzulie Dahomey, Le Voyage vers Grand-Rivière, Iphigénie…
Guy Régis Jr

16h

Ida, monologue déchet, texte et lecture de Guy Regis Junior, 45 mn
« J’ai enlevé le S dans SIDA et ça a donné un prénom de femme : Ida. Alors, j’ai pris Ida comme prétexte pour écrire, décrire ma haine, mon désenchantement, de cette île, de ce pays désenchanté qui fût une île enchanteresse. » Guy Regis Jr
Guy Régis Jr, invité du Festival d’Avignon 2011, est une grande voix du théâtre caribéen. Instigateur du mouvement Nous, compagnie de théâtre contemporain radicale dans ses propositions esthétiques, il est à la fois metteur en scène, écrivain, traducteur de Maeterlinck, de Camus, de Koltès, de Proust et auteur de nombreuses pièces dont Moi, fardeau inhérent (2009), Le Père (2009), Mourir tendre (2008), Incessants (2007)…
Projections en salle de cinéma

14h

Lumumba, la mort d’un prophète, documentaire essai de Raoul Peck, 1991 (New York Film festival, Festival du réel, 1992), 1h10.
Dans ce documentaire de création autour de la figure de Lumumba, biographie et histoire, témoignages et archives constituent la trame d’une réflexion sur l’assassinat politique, les médias, la mémoire. Né à Port-au-Prince (Haïti), Raoul Peck vivait au Congo avec ses parents pour échapper à la dictature de Duvalier. Raoul Peck a réalisé de nombreux films dont, entre autres, Haitian corner, l’Homme sur les quais (1993), Lumumba (2000), Sometimes in April (2005), Moloch Tropical (2009)…

15h30

Goudou goudou, les voix ignorées de la reconstruction, web-documentaire :de Benoit Cassegrain et Giordano Cossu, 2011, 1h22.
Ce film raconte la situation post séisme en Haïti avec une perspective locale, celle de journalistes haïtiens qui présentent des thématiques clés pour comprendre la situation actuelle du pays : vie dans les camps, débris et reconstruction, santé et choléra, impact des ONG et art engagé. Goudou Goudou, nom local donné au séisme, donne la parole à la population haïtienne et permet de comprendre les enjeux de la reconstruction et la frustration des Haïtiens qui vivent dans l’urgence.
Conférence en salle de cinéma

17h

Port-au-Prince en sept lieux

par Jean-Marie Theodat, géographe, maître de conférences à l’Université Paris 1 – La Sorbonne, spécialiste de la question frontalière Haïti République dominicaine, de l’aménagement du territoire et de la question urbaine.
Cette conférence donne les résultats des travaux de terrain menés par Jean-Marie Theodat et ses étudiants haïtiens de l’ENS école normale supérieure sur l’état des lieux de Port-au-Prince après le tremblement de terre en sept lieux : lieux d’échange, lieux de pouvoir, lieux sacrés, lieux de passage, de brassage, de plaisir et bidonvilles…