Extrait de Fama, de Koffi Kwahulé

Print Friendly, PDF & Email

FADARBA : (…) Les guerriers envoyés du Dougou n’ont pas été assez nombreux ni assez courageux. La guerre commence à nous être défavorable. Il nous faut encore plus d’hommes valides, beaucoup plus que ceux que vous m’avez présentés.
DJIGUI : Croyez-moi Fadarba, j’ai essayé…
FADARBA : N’essayez plus, faites ! Pourquoi n’allez-vous pas vous-même palabrer dans les villages ?
DJIGUI, réprimant sa colère. Au Tirailleur : Dis au Blanc que si moi-même, Djigui Doumbouya, j’avais fait chanter les griots de chaque village, les prises n’auraient pas été substantielles. Les gardes, les sicaires et collecteurs sont montés avec mes propres enfants, mes propres paroles, mes bénédictions et mes menaces. Mais le dénuement des villages… L’indigence des gens… Sous le poids des travaux forcés et de la civilisation, le Dougou est devenu exsangue…
FADARBA : Fadaises ! Fadaises que tout cela !
DJIGUI, même jeu : Dis au Blanc que la limite de la bête est sa queue, qu’il n’y a pas de forgeron qui à force de frapper transforme le cuivre en or et qu’aucun éreintement ne peut tirer l’eau de la pierre…
LE SUIVEUR : Nous autres Noirs, ne sommes-nous pas comme la tortue ? Sans la braise aux fesses nous ne courrons jamais ; nous ne travaillerons pas, ne paierons pas nos impôts et n’irons pas à la guerre de l’autre côté de l’océan. Roi Djigui, il faut immédiatement monter dans les villages, montrer la force, recréer la peur.
FADARBA : Fama, j’ai à vous parler. (Il entraîne Fama à l’écart.)
BALLA, ironique : Je croyais qu’il était invincible ?
LE SUIVEUR, pendant que de l’autre Fadarba explique à Fama quelque chose que le public n’entend pas : Sans doute. Mais les Alamans ne sont ni blancs ni noirs. Ils sont l’esprit de destruction. Imaginez-vous que cette guerre est en définitive notre guerre à nous, et non pas celle du Blanc. Car, et ça on ne le dit pas assez, ces barbares et mécréants d’Alamans veulent transformer tous les Noirs en bêtes de somme…
BALLA : Ne sommes-nous pas déjà des bêtes de somme ?

1. Dans une première version de Fama mise en espace à l’Odéon en 1996, ce personnage s’appelait le tirailleur. Koffi Kwahulé, Fama, Lansman, 1998, (I, 3).///Article N° : 1212

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire