Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage | 2010
Yoole
Moussa Sène Absa
Pays concerné : Barbade
Réalisateur(s) : Moussa Sène Absa
Avec : Moussa Sène Absa, Moussa Sène Absa, France Langlois
Durée : 75
Genre : politique
Type : documentaire

Français

Un jeune clandestin adresse une pathétique lettre à sa mère. Il lui fait revivre les affres de la mer que ses amis d’infortunes et lui ont eu à vivre des semaines durant en allant à l’assaut de la grande bleue. L’espoir béat du début fera très vite place à la désolation mais surtout à la mort qui aura raison de 50 parmi ses compagnons de voyage.
Parti du Sénégal vers l’Espagne, la pirogue contenant 54 passagers a dérivé vers le continent américain pour accoster à la Barbade avec seulement 11 personnes… mortes, en laissant une lettre.

Barbade, 2010, 1h15min03s

Réal : Moussa Sene Absa,
Monteuse : France Langlois
Producteur : Omar Sène (Absa Films)

La lettre

Chère Mère,
Yaay booy

Aujourd’hui, me voici au milieu de l’océan. Et je ne sais même pas nager !
Tey ma ngi nii ci digg geej te manumaa feey.

Sans jamais savoir où je vais et ne pouvant plus retourner dans tes bras et lire sur tes lèvres la douce berceuse d’un soir.
Te xamuma fuma jem. Dellu ginaaw weesuna.Toog sa wett nga may teete, dima nax.

Au départ de la baie de Tableau Ferraille, nous étions 53 joyeux pèlerins au lieu saint de l’espérance.
Bi nuy jogge Tableau Ferraille juroom fukki ak netti bantu maam yalla la nu woom.Melni nuy maagali jem Yaakaar.

Le voyage était sensé durer au maximum dix jours.
Yoon wi, ci yoon, nu ngi ko weekoon ci fukki fan.Mbaa luko yees.

La première semaine reste encore dans ma mémoire :
Aybiss bu njekbi duma ko fattee mukk.

on avait à manger et à boire. On riait. On dansait.
Leek gi du jeex,naan ba mandi. Ree ba xaxataay.Fecc ba narmeelu.

Chacun racontait ses histoires et égayait le voyage.
Kuni di leep, ngii di maye ngir neexal yoonwi.

Johnny – c’est le prénom qu’il s’était choisi à la place de Ibrahima – avait apporté un magnétophone et beaucoup de cassettes.
Johnny-mooko geneloon Ibrahima bingu tufli ci ay noopam-dafa andaale woon magnetophone aki kaset.

Il adorait la musique, Johnny. Il dansait souvent.
Beg music ba buy dox day feec.

C’était un beau jeune homme, élancé et élégant dans son costume gris.
Saasumaan bu jek lawoon,taaru te beg boopam. Yala bumu sol costumam bu doomutaalbi.

Il portait des chaussures Nike
Ay Nike la daan soll

qu’il disait avoir acheté dans les belles boutiques de la capitale
Di neetali ba mu koy jend fee ci biir reew taax,fa borom daraja yi di daje.

quand il était encore agent comptable dans une petite entreprise de pêche.
Buma jamono neexoon na. Xalebu tuuti doon comptable ci usinu jen bi ci Tableau Ferraille.

Pour lui, ce voyage sera sans retour car, disait-il,
Moom, dafa leer. Neena tukeem bi, du am dep.

une fois en Espagne, une belle femme tomberait sous son charme,
Bunee cep Espagne, njongoma dina wadd ci wettam

l’épouserait et aura beaucoup de petits métis.
Mu tak ko, juralkoy njall yu bari.

Il ne voulait plus entendre parler du Sénégal.
Buko wax mbirum senegal.

« C’est le pays de la galère », disait-il dans un éclat de rire.
Day xaxataay, nila : c’est le pays de la galère.

Il avait apporté une bouteille de Gin qu’il était sensé donner en offrande aux Jinns.
Bi muy dugg ci gaalgi, dafa indaale buteelu Gin ni dakoy yoole Mama ngeej.

Finalement, un soir, il l’a bu.
Been guddi, sawaay naan bouteelbi.

Tout seul. Il avait jeté une des chaussures Nike à la mer.
Moom kesse. Mu aallu, sani been patu Nike bi ci biir geej.

En plus de la bouteille vide de Gin dans laquelle il avait glissé un mot aux Dieux.
Xaatim benn bataxel bumu jagleen yalaa ki malaykaam, dogalko ci buteelbi, saagn ko, xalap ko ci geej.

Ousmane, lui, priait sans cesse, le chapelet à la main.
Usmaan moom, ci julli la dek ak kurusam.

Il récitait sans cesse le Coran et faisait des incantations.
Fooko feek, mi ngeekub kaamil di jang, di wasifa mba muy sikar.

La deuxième semaine apporta son lot de questions.
Bunu ammee niari ay bess la mbir tambalee doy waar.

Où sommes-nous dans cet immense océan ?
Moo funu neek ci dig manding mii !

Chacun avait sa réponse. (…)

English

In April 2004, a boat drifted to the east cost of Barbados with 11 dried bodies. Following investigations, the authorities found out the boat came from Senegal and had left four months earlier. The Senegalese director Moussa Sene Absa, lecturing at Errol Barrow Centre for Creative Imagination, decides to go home, alone, armed with his camera and calls upon Senegalese youngsters to speak out their feelings of betrayal by the Abdoulaye Wade government they actually put in power ten years earlier. The film gives evidence on the country so often praised by internationals media for its true and gifted democracy, free of coup d’état, in Africa. Poignant testimonies, a deep moment of cinema and poetry: a cry for love.


Director: Moussa Sene Absa |
Producer: Absa Films
Genre: Documentary |
Produced In: 2010 |
Country: Barbados

Tags: Africa, Hunger, Migration, Politics, Poverty, World