Fiche Film
Cinéma/TV
LONG Métrage | 2006
Junun (Démences)
Fadhel Jaïbi
Titre anglais : Demencia | Madness (The cinematic version)
Date de sortie en France : 11/10/2006
Pays concerné : Tunisie
Réalisateur(s) : Fadhel Jaïbi
Avec : Jalila Baccar, Jalila Baccar, Fadhel Jaïbi, Mohamed Ali Ben Jemaa, Awatef Jendoubi, Salha Nasraoui, Basma El Euchi, Kaïs Aouididi, Raouf Ben Amor, Mohamed Kouka, Ramzi Aziz, Fatma Ben Saïdane, Habib Ben Hedi, Sourour Krouna, Mounir Baaziz, Najia Zemni
Durée : 104
Genre : drame
Type : fiction

Français

NUN, jeune analphabète, issu d’une famille de onze enfants, d’un père agent des douanes autoritaire, alcoolique et musulman pratiquant qui brutalisait et trimballait toute son enfance de patelin en frontière de hasard, vit avec sa mère, femme soumise et dépassée par les difficultés d’une vie sordide, et ses frères et sœurs tous chômeurs, repris de justice, prostituées ou émigrés clandestins. Le jour des fiançailles de sa sœur aînée, au moment de dire la prière, une crise de fou rire puis de larmes irrépressibles, le conduit à l’hôpital psychiatrique de Tunis. C’est là qu’il rencontre une psychothérapeute, elle-même en crise avec l’institution et ses procédés « inhumains ». Mystérieusement, ce patient va devenir le support vivant de son désir de lutte contre l’inacceptable mal traitement dont souffrent les déviants mentaux… Voyage thérapeutique et existentiel hors du commun, il transformera deux vies ordinaires en destin tragique.

Un film de Fadhel JAÏBI

Tunisie, 2006, Fiction, 1h 44min, V.o arabe; s-t. français

Commentaire (FIFF, Festival de Fribourg)
En collaboration avec son épouse, l’actrice Jalila Bacar, Fadhel Jaibi a réalisé une oeuvre radicale. Junun, c’està- dire « Démences » en français, est la version filmée de sa pièce de théâtre éponyme, qui fut inspirée par la chronique d’une psychanalyste. La mise en scène est théâtrale et les décors le sont tout autant; malgré cela, Junun est bien plus qu’une pièce de théâtre filmée. Au cours de sa quête d’une forme d’expression adéquate, le protagoniste apprend à connaître et à aimer le pouvoir des mots – Bacar et Jaibi exploitent la puissance du cinéma pour montrer l’individu aux prises avec les influences de la société, et parviennent à la conclusion suivante: les structures religieuses, familiales ou sociopolitiques n’ont pas tant de poids que cela: au centre se trouve toujours l’individu.

Langue v.o arabe; s-t. français

– Réalisation : Fadhel JAÏBI
– Scénario : Jalila BACCAR et Fadhel JAÏBI
– Année de production : 2006
– Durée : 1h 44min
– Montage : Arbi Ben Ali
– Images : Ali Ben Abdallah
– Son : Moez Ben Cheikh
– Musique : Pivio, Aldo di Scalzi
– Producteur: Habib Bel Hedi
– Interprétation : Jalila BACCAR – Mohamed Ali BEN DJEMAA – Fatma BEN SAÏDANE – Salha NASRAOUI – Awatef JANDOUBI – Basma EL EUCHI – Kaïs AOUIDIDI – Karim KEFI – Raouf BEN AMOR – Mohamed KOUKA – Ramzi AZIZ

avec le soutien du Fonds Francophone (OIF)


FESTIVALS / PRIX / AWARDS / TELEVISIONS

Festival International du Film de Fribourg 2007 (March 2007, Switzerland).
> Prix Mention spéciale du Prix du Public
> Mention spéciale Jury œcuménique
> Première internationale


Festival de Carthage 2006
> Sélection

English

Directed by Fadhel al-Jaeibi, it deals with the schizophrenic condition prevailing in Arab societies. The film takes deep into a punishing excursion, showing us the underworld of the poor and the discarded, and how easily they can be made to embrace extremist and fundamentalist thoughts.