Gabao Hip Hop : Bruxelles – Libreville

Article paru dans Africalia, The Newsletter paraissant à Bruxelles et reproduit en partenariat avec Africalia
Print Friendly, PDF & Email

Du 24 mai au 04 juin 2006 s’est déroulé à Libreville, la capitale gabonaise, la quatrième édition du Gabao Hip Hop. Un festival international pluridisciplinaire de la culture hip hop, soutenu pour la deuxième fois par Africultures ainsi que par Africalia. Dans un pays où les manifestation s culturelle s sont peu nombreuses, ce rendez-vous musical anuel est impatiemment attendu par tous les artistes gabonais émergeants et confirmés (danseurs, grafiteurs, musiciens, rapeurs).
Ce jeune festival apparaît d’une part comme une réelle plateforme d’échanges et de rencontres et d’une autre part comme un espace de formation et de professionnalisation pour les artistes en développement et la nouvelle génération d’opérateurs culturels en Afrique.
A suivre dans l’agenda : Le spectacle Flashback et plusieurs événements hip hop à Bruxelles.
Le hip hop, c’est notre vie

BXL – LBV
Le centre de doc Lezarts-Urbains est unique en son genre. Seul en Belgique à être spécialisé dans les cultures urbaines, il s’est doté d’un module pédagogique sur la danse hip hop qui lui permet d’être itinérant.
Tout a démarré par un projet peu commun pour un centre de doc : monter un spectacle documentaire basé sur une recherche de fond, des archives vidéo et de la danse live, pour aller à la rencontre du public. Mais en montant ce projet, nous ne pensions pas aller jusqu’en Afrique ! Reprenons depuis le début : Flashback, la véritable histoire de la danse Hip Hop est interprété par Mohamed Ouachen, comédien et conteur urbain et Kubilay, chorégraphe et professeur de danse. Le spectacle retrace l’histoire de cette discipline, depuis son invention dans les ghettos américains jusqu’à son explosion dans de nombreuses régions du monde.
Aujourd’hui, la culture hip hop envahit l’Afrique. Partir là-bas, à l’invitation du Gabao Hip Hop Festival, pour raconter l’histoire de cette culture créée en grande partie par des afro-américains, représentait à nos yeux quelque chose de symbolique, une sorte de retour aux sources, le bouclage de la boucle.
Le projet dépassait de loin la simple représentation d’ailleurs puisqu’il s’agissait de transformer le spectacle avec des danseurs et un slameur gabonais, à la suite d’une série d’interviews, pour qu’il rejoigne la réalité des jeunes hiphopeurs africains. Nous voulions investiguer sur la réalité du hip hop au Gabon, rencontrer sa nouvelle et son ancienne génération… Nous emportions une lourde valise remplie de bouquins, DVD’s, dossiers pédagogiques et revues sur la danse hip hop destinés à rester à Libreville.
Libreville, LBV (Elbivi comme disent les jeunes qui constituent 45% de la population) s’étend sur une série de collines en bordure d’océan. Côté rue, une ville plutôt prospère le long du magnifique bord de mer. Côté arrière-cour, les bidonvilles, qu’on appelle ici mapanes.
C’est là que vivent la plupart des jeunes rappeurs, slameurs et danseurs que nous avons rencontrés. Chez tous ceux-ci, le besoin d’expression est immense.
Et comme dans beaucoup de pays africains, le rap est devenu leur arme légère, celle qui ne demande qu’un stylo et un bout de papier.
Le hip hop est vécu comme un appel d’air : « Le hip hop, c’est notre vie, notre énergie. Ce n’est que par là qu’on peut dire ce qu’on pense… » nous déclare un rappeur en interview. Le mouve les relie à une communauté internationale dont les valeurs sont partagées et il représente l’espoir – souvent l’illusion – de sortir du mapane, d’être reconnu, au Gabon et à l’étranger… Le Gabon compte 12 à 15 groupes de danse hip hop, la plupart à Libreville.
Parmi ceux-ci, 5 sont fameux : Versace, Scorpions, Snippers, No Limit et 3DD (3e dimension de la Danse). C’est avec ce dernier que nous avons répété et joué Flashback. La plupart sont d’excellents danseurs, capables de danser de tout, tant du hip hop new school que des danses gabonaises traditionnelles et actuelles, de la salsa ou encore de la capoeira… Très compétents, les 3DD et le danseur Scott (qui a remplacé Fikri, breaker habituel de notre spectacle) ont intégré sur le champ notre équipe et ont apporté beaucoup aux répétitions. Leur investissement s’est révélé important, probablement parce que notre venue représentait pour eux un appel d’air par rapport au circuit fermé de Libreville où les différents groupes de danse finissent par se connaître par coeur… L’irruption de Kubilay (danseur formé par les vétérans américains de la danse hip hop et pédagogue expérimenté) dans ce microcosme représentait un événement ! Une des rares occasions pour ces danseurs d’apprendre les bases de la danse debout de la part d’un professeur ‘old school’. Kubilay a excellé dans ce rôle de transmetteur, donnant des cours improvisés de poppin’ et de lockin’ partout et sans arrêt ! Entre la soif d’apprendre de ces jeunes danseurs et la générosité pédagogique de Kubilay, l’échange artistique a débordé largement du cadre des répétitions prévues pour le spectacle.
Et des stages de danse improvisés sont apparus, sur les pelouses du CCF, dans la rue, etc.
Il nous était impossible de quitter Libreville sans perpétuer les liens qui s’y sont créés. Deux projets ont émergé de notre séjour : d’une part, la réalisation d’un court-métrage sur l’expérience vécue, d’autre part le souhait de repartir organiser un stage pratique et documentaire, réclamé par les danseurs qui se plaignent du manque de structures pour la danse hip hop à Libreville.
Professionnaliser leur art leur est essentiel.
En leur donnant la documentation que nous avons emmenée, nous savons qu’elle est entre de bonnes mains. Nous savons qu’elle circulera et qu’elle servira, comme partout où des danseurs hip hop s’entraînent, à faire progresser les mouvements connus et à en créer de nouveaux, participant ainsi à l’évolution d’une danse qui continue à s’inventer…

Catherine Wielant est responsable du centre de doc de Lezarts-Urbains et du spectacle Flashback. Le centre de doc est installé dans la Bibliothèque communale de St-Gilles (24 rue de Rome, Bruxelles). Il est une initiative de l’association Lezarts-Urbains. Pour toute info : 02 538 15 12 ou www.lezarts-urbains.be ///Article N° : 4574

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire