Fiche Groupe
Musique
Badume’s band
France

Français

Eric Menneteau voix, Rudy Blas guitare, Franck Le Masle claviers, Jonathan Volson, Pierre Yves Merel et Xavier Pusset saxophones, Etienne Callac basse électrique, Antonin Volson batterie

Réussite totale d’un groupe français épris de musiques éthiopiennes
qui a retrouvé les vibrations et le groove des chaudes nuits
d’Addis 2004 création du groupe.
mai 2005 invite Aklilu Zewdié, clarinettiste et directeur du conservatoire d’Addis Abeba, pour une période de travail de 2 semaines finalisée par un concert aux Rencontres Internationales de la Clarinette Populaire de Glomel.
été 2006 invite Mahmoud Ahmed pour un festival en Bretagne.
jan 2007 invité au festival des musiques éthiopiennes d’Addis Abeba ; l’occasion de rencontres qui vont nourrir leur répertoire.
nov 2007 sortie de l’album, concerts aux Trans-musicales et à Africolor
2007 Badume’s Band, Addis kan. Innacor/L’Autre Distribution
Le monde des sons nous a habitués à des rencontres du troisième type. Improbables sur le papier, ces unions sonnent comme des évidences en musique, traçant des cartographies sensiblement divergentes des cartes d’identité nationales. C’est ainsi que le Badume’s Band – orchestre du Centre Bretagne dont le nom signifie Chez Nous en breton – s’est retrouvé tel qu’en lui-même, au coeur de l' »éthio-groove », la bande-son des swinging sixties d’Addis
Abeba. Bien plus qu’un jeu d’emprunts, les Bretons régénèrent avec classe et ferveur la chaleur de cette soul africaine, révélée sur disques depuis une dizaine d’années, alors même qu’elle est en voie de quasi-extinction sur place.
Adoubés par les maîtres du genre, Alèmayèhu Eshété et Mahmoud Ahmed, salués lors de leurs prestations aux Transmusicales de Rennes puis à Africolor, en Seine-Saint-Denis, les voilà donc de retour avec leur formule qui prend tout son sens sur scène… Après une année 2007 qui leur a permis de fouiller le répertoire éthiopien au-delà des archives déjà éditées, de jouer avec Mahmoud Ahmed sur scène, de sortir leur disque « Addis Kan » approuvé par Francis Falceto, directeur de la collection Ethiopiques, comme « une relecture fervente et sans complexe, vibrante et punchy, de cet héritage musical universel. »
Le chanteur du projet, biberonné des Soeurs Goadec et autre Erik Marchand converti aux chantres éthiopiens voici plus de cinq ans, Eric Menneteau a décidé d’apprendre l’amharique.
Entre ces deux traditions musicales, il perçoit un « entendement modal », des « similitudes entre ces deux types de chant, breton et éthiopien », mais aussi dans les rythmes. Sans oublier la thématique abordée qui, d’un côté comme de l’autre se nourrit du quotidien, le traduit de manière symbolique ou plus prosaïque. « Le Badume’s est un groupe et par conséquent fonctionne comme tel. Chaque musicien apporte son petit monde avec pour dénominateur commun, des oreilles grandes ouvertes sur d’autres musiques populaires et contemporaines. »