Il était une fois dans l’Oued

De Djamel Bensalah

La France et l'Algérie : un mariage arrangé ?
Print Friendly, PDF & Email

Alors que tout le monde part en vacances, Yacine et Johnny sont coincés dans leur banlieue, le premier parce qu’il refuse de rejoindre sa famille au bled, le second parce qu’il n’a ni bled ni famille à retrouver. Alors que Yacine ne s’imagine plus autre chose que Français, Johnny rêve sans cesse d’Algérie, sa véritable patrie dont personne ne veut croire qu’il est originaire. Un petit trafic en amenant un autre, Yacine ressent soudain le besoin de changer d’air : l’invitation paternelle devient alors une aubaine. Johnny, sans papier mais débordant de ressources, décide de faire partie du voyage. Une fois en Algérie le petit blondinet, rebaptisé Abdel Bachir, va tenter d’ouvrir les yeux de son taciturne ami à la beauté de son pays, alors que son père est en train de manigancer un mariage arrangé et que la fille qui lui plaît est sévèrement protégée pas ses frères. De son côté, Abdel Bachir est fort sensible à la beauté des femmes du pays, bien qu’il ne soit pas un garçon facile : il veut une fille sérieuse, dotée, qui lui fasse de beaux enfants.
Il était une fois dans l’Oued joue sur le comique du poisson hors de l’eau, sauf que ce poisson-là ne demande qu’à respirer à plein poumons. Tout en Algérie le ravie, le soleil sur sa peau fort blanche, la bonne humeur ambiante, les souks. Le retour en 1988 permet d’éviter des questions politiques trop épineuses. Est présentée une Algérie populaire, quotidienne, supportant paisiblement la crise économique. Quant à Yacine le beau ténébreux, un heureux concours de circonstance va le réconcilier avec la tradition. Joué par David Saracino, véritable sosie de Ben Affleck, ce personnage rebelle et bourru sert de contrepoids physique et psychologique au personnage de clown qu’incarne Julien Courbey. L’un n’en fait pas assez, l’autre dix fois trop, si bien qu’ils finissent par être attachants. Malgré quelques longueurs et une intrigue abracadabrante, Il était une fois dans l’Oued ne manquera pas de réjouir les dépités du Raid, alors que Djamel Bensalah retrouve l’humour désinvolte du Ciel, les oiseaux et… ta mère.

2005, avec Julien Courbey (Johnny alias Abdel Bachir), David Saracino (Yacine). Une production Paramount.///Article N° : 3972

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire