Introduction

« Si on me disait « indépendante » ? Pas besoin qu’on me le dise, je le suis, à ma manière. C’est pour ça que je m’arrange pour retrouver à chaque pas le goût de la première fois. » Marie-Louise Bibish Mumbu, dans le texte publié dans ce numéro

Au terme d’une année 2010 consacrée à la commémoration du cinquantenaire des indépendances de dix-sept pays africains, dont quatorze francophones, nombreux furent les manifestations culturelles, publications, documentaires, films, colloques… Le site internet d’Africultures en a rendu compte au jour le jour mais pour sa revue, l’équipe d’Africultures a choisi de se pencher sur les dimensions culturelles de la relation entre la France et ses anciennes colonies. Indépendances en trompe l’œil ? On pourrait ressasser à l’infini les désillusions et les désenchantements. Ils sont réels et ils sont graves. La télévision française a programmé récemment des documentaires qui ne laissent aucun doute sur les manipulations voire les exactions exercées par la France durant ces cinquante années pour consolider son emprise tant politique qu’économique sur ses anciennes dominations. Il s’agissait d’asseoir son indépendance énergétique et servir les intérêts de ses entreprises. (1) Les cérémonies organisées du bout des doigts pour commémorer ce 50ème anniversaire, à commencer par le défilé du 14 juillet sur les Champs-Elysées, n’étaient dès lors que mascarade et poudre aux yeux, ce qui ne manqua pas d’être souligné. Que l...

Connectez-vous pour lire la suite de l'article...
Si vous avez déjà un compte client sur Africultures vous pouvez saisir vos paramètres d'identification :

Si vous n'êtes pas encore abonné à la revue AFRICULTURES, vous pouvez le faire en cliquant sur Adhérer.
Partager :

Laisser un commentaire