Kaab, l’enfant du Sahara

Texte et mise en scène de Jean-Yves Brignon

Lire hors-ligne :

Les sables mouvants de l’imaginaire
Kaab est un enfant du désert qui disparaît un matin dans les sables, emporté, comme Alice, par l’infini de ses rêveries. Son compagnon, le chameau Aroarelbeg, part à sa recherche. Mais bientôt la nature initie le jeune garçon aux mystères de l’univers : il rencontre le sable, le vent et les voix de la montage, avant de devenir à son tour sable et vent et de souffler une nouvelle vie sur ses parents qui n’avaient jamais perdu espoir.
Un spectacle simple qui pétille d’énergie et d’invention grâce à l’enthousiasme d’acteurs qui manifestement retrouvent en jouant leur âme d’enfant.
La moustache en bataille et la barbe bouillonnante, tour à tour homme bleu majestueusement drapé dans sa tunique de touareg, sable ondoyant sous un tissu de moire et truculent chameau, le comédien ivoirien, Konan Badjos, laisse les jeunes spectateurs médusés.
Toute la force de ce spectacle réside dans sa modestie même. La mise en scène, sans doute bridée par l’étroitesse du Théâtre de l’Epouvantail, paraît certes sans invention, mais tout repose sur la générosité des acteurs, sur l’efficacité du petit décor conçu par Mino Grazioli et surtout sur la créativité des costumes imaginés par Sophie Schaal. On ne résiste pas aux élégantes draperies tentaculaires du sable, aux voilures arc-en-ciel du vent qui papillonne, et bien sûr à la grosse peluche de chameau que les enfants rêvent tous d’embrasser à la fin.
Le spectacle de Jean-Yves Brignon prouve que pour faire rêver les petits et les grands les grosses machineries ne sont pas nécessaires. Seules priment générosité et imagination.

avec Marion Bonneau, Konan Badjos, Nor-Eddin Abdoud
La Compagnie Le Cubitus///Article N° : 318

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire