La Cité de Dieu

De Fernando Meirelles

Print Friendly, PDF & Email

Adapté d’un roman de 600 pages de Paulo Lins, c’est au Brésil Noir que nous transplante ce film, celui des favelas où l’on a rarement la peau blanche. « Fusée » est un jeune de la « Cité de Dieu », une favela marquée par les guerres de gangs de dealers qui l’ensanglantent et font régner la terreur. Sa passion de la photo et sa connaissance du terrain en feront un témoin privilégié des jeux de pouvoir en place – et nous avec. Et son rapport à l’image dominera un film où la plupart des protagonistes ne savent pas lire mais sont très conscients de leur image. Délibérément documentaire, introduisant en voix-off et en encarts différents portraits et destins dramatiques, enchaînant trois époques selon des esthétiques différentes pour souligner la montée des dangers, le film se fait chronique et reportage de l’intérieur. Comme « Pixote », il s’appuie sur des faits réels et une bonne connaissance des lieux. De même, il réunit un casting de jeunes des favelas de Rio préparés en ateliers durant plus de six mois. Centrant l’histoire de la Cité sur la violence de ses confrontations, il représente les combats avec un réalisme ne négligeant aucun effet, au point de devenir parfois un grand clip au rythme effréné et à la caméra efficace où bande son et gros-plans concourent à tenir, non sans succès, le spectateur en haleine. Les suspenses sont alors de savoir qui va mourir ou subsister, lequel des gangs va gagner… Cependant, l’évocation des enfances des personnages, la qualité des dialogues et le démontage des engrenages équilibrent cette vision apocalyptique de la vie des favelas et font de ce film un édifiant constat de la montée de la violence et du chaos social qui affecte aujourd’hui le Brésil.

2001, 2 h 15, coul. 35 mm, prod. 02 Filmes, VideoFilmes et StudioCanal, distr. Mars Films, avec Alexandre Rodrigues, Matheus Nachtergaele, Leandro Firmino da Hora, Phelipe Haagensen, Seu Jorge.///Article N° : 2339

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire