La pression des bailleurs de fonds

Discours de Elyette Rasendratsirofo

Print Friendly, PDF & Email

Dans le bras de fer politique qui s’engage début 2002, les violences à venir se profilent. Le 20 février sur la Place du 13 Mai, Elyette Rasendratsirofo en appelle aux tout-puissants bailleurs de fonds étrangers : l' »écoute du peuple malgache » comme dernier rempart face aux sillons de la violence politique.

L’annonce que la sécurité accordée par l’Etat à Marc Ravalomanana lui est retirée vient d’être faite sur la Place. Le Général de police Augustin Amady (1) déclare prendre en mains l’organisation de cette sécurité et fait appel aux pratiquants d’arts martiaux (2). L’ombre des disparitions et assassinats tragiques plane sur la foule.
Elyette Rasendratsirofo prononce les mots qui semblent alors pour beaucoup le dernier recours face aux sillons de la violence politique. Elle dit avoir prévenu les chancelleries et être consciente de son devoir de réserve. Elle affirme cependant  » l’obligation de sortir de cette obligation de réserve « .
Elle s’adresse directement aux bailleurs de fonds et interpelle :  » Devant votre redoutable capacité de pression, combien de fois avons-nous dû plier !  »  » Pression exercée par l’ensemble des bailleurs de fonds sur le gouvernement…  » précise-t-elle. Face à une démocratie à deux vitesses, elle en appelle à une  » realpolitik influée par un peu plus de justice et d’écoute du peuple malgache « .
 » Regardez ce dont nous sommes capables depuis des semaines et des semaines… Depuis Indira Gandhi et Martin Luther King, Madagascar est le seul pays héritier de la non violence… Je me tourne vers la communauté française… américaine… Les Nations Unies…  »
Les Etats-Unis reconnaîtront le nouveau régime le 26 juin 2002, jour de la commémoration de l’indépendance de Madagascar. La France le fera le 3 juillet 2002 par son ministre des Affaires étrangères qui se rend à Madagascar. La veille, Diégo-Suarez, bastion armé ratsirakiste, était prise par  » les forces de pacification  » de Marc Ravalomanana, après trois autres provinces et avant celle de Tamatave sécessionnistes. Les Nations Unies inviteront officiellement le président Marc Ravalomanana pour la première fois au Sommet de la terre de Johannesburg, le 26 août 2002. Les élections législatives demandées par l’Union Africaine  ont eu lieu en janvier 2003 sans que la reconnaissance par celle-ci soit faite.

1. Augustin Amady, actuel ministre de la Sécurité publique.
2. Les Kung Fu ont été massacrés par armes et char d’assaut en 1985.
///Article N° : 2937

  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire